Le Starliner de Boeing, en essais de compatibilité éléctromagnétique (mars 2019). © Boeing

Sciences

Starliner (CST-100)

DéfinitionClassé sous :Starliner , privatisation de l'accès à l'espace , Station saptiale internationale

Starliner est le nom de la capsule habitée de Boeing. Cette capsule est aussi connue sous son nom initial CST-100 (Crew Space Transportation). Comme la Crew de Dragon de SpaceX, cette capsule est réalisée dans le cadre d'un partenariat public-privé avec la Nasa (programme CCDev). C'est la première fois que l'agence spatiale américaine confie au secteur privé le transport de ses astronautes.

Le starliner est une capsule de type Apollo qui offre un volume pressurisé de 12 m3. Conçue pour transporter jusqu'à sept astronautes, la Nasa l'utilisera dans une configuration avec un maximum de quatre astronautes et de la place pour transporter du fret. Longue de 5,3 mètres, sans le module de service, cette capsule a un diamètre de 4,5 mètres.

Schéma du Starliner de Boeing. A. Module pressurisé de l'équipage ; 1. Cône largable protégeant le système d'amarrage à la station spatiale internationale ; 2. Capot éjectable du compartiment des parachutes ; 3. Écoutille ; 4. Propulseurs de contrôle d'attitude (x 28) ; 5. Coussins gonflables ; 6. Bouclier thermique ; 7. Système d'amarrage ; 8. Parachutes ; 9. Hublot (x3) ; B. Module de service ; 10. Cache des câbles et tuyaux reliant le module d'équipage avec le module de service ; 11. Radiateurs (x 4) ; 12. Cache protégeant les moteurs-fusées d'éjection secondaire utilisés également pour les manœuvres orbitales (4 x 5) ; 13. Réservoirs d'ergols ; 14. Moteur-fusée contrôlant le roulis (4 x 1) ; 15. Moteurs-fusées principaux du système d'éjection (x 4) ; 16. Panneaux solaires. © Nasa, traduction wikipedia

Bien que le Starliner soit conçu pour être réutilisé 10 fois, la Nasa ne souhaite pas réutiliser de capsule pour le transport de ses astronautes. Chaque mission à destination de la Station spatiale se fera avec une capsule neuve. Cette capsule est prévue pour être lancée à l'aide d'une fusée Atlas V à partir du Space Launch Complex 41 du Cap Canaveral. Le Starliner est également compatible avec les lanceurs Falcon 9, Delta IV, ainsi que le Vulcan, en cours de développement depuis 2014 par United Launch Alliance (ULA).

Une capsule également utilisée pour des voyages spatiaux touristiques 

À la différence de la Crew Dragon de SpaceX, qui se posera sur l'océan, le retour sur Terre du Starliner se fera sur la terre ferme. Il utilisera un système à plusieurs parachutes et six coussins gonflables.

Le Starliner utilisera trois types de moteurs. Quatre moteurs de type RS-88, d'une poussée unitaire de 178 kilonewtons, fixés à l'arrière du module de service. Ils seront seulement utilisés en cas de procédure d'abandon du lanceur. On compte également 20 moteurs de 6,22 kN de poussée, également situés sur le pourtour du module de service. Ils sont regroupés par cinq. Ces moteurs seront aussi sollicités en cas de défaillance du lanceur pour éloigner la capsule du lanceur. Enfin, les 28 moteurs de contrôle d'attitude.

Boeing n'exclut pas d'autres missions pour son vaisseau spatial, notamment pour desservir les ambitieux projets de stations gonflables de son partenaire Bigelow Aerospace. Boeing entrevoit également de vendre une place pour un touriste sur chaque voyage de Starliner par le biais de l'entreprise Space Adventures. Le contrat liant Boeing à la Nasa lui permet en effet de proposer et de fixer le tarif d'un siège touristique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi