Alors que le tourisme spatial peine à décoller, Bigelow Aerospace mise toujours sur la réalisation d'une station spatiale faite à partir de modules gonflables. En septembre 2015, la société va tester le Bigelow Expandable Activity Module (Beam). Il sera amarré à la Station spatiale international pendant deux ans. Ce module gonflable devra montrer l'étendue de ses possibilités et prouver qu'il peut s'acclimater aux conditions extrêmes de l'environnement spatial sans mettre en danger l'équipage de l'ISS.
Cela vous intéressera aussi

Après plusieurs années de développement accompagnées de tergiversations et de discussions contractuelles avec la NasaNasa, le démonstrateurdémonstrateur de module gonflable Beam (Bigelow Expandable Activity Module) de Bigelow Aerospace sera amarré à la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale en septembre 2015. Il sera lancé à bord d'une capsule Dragon de SpaceXSpaceX lors de la mission CRS-8. Ce contrat, d'un montant de 17,8 millions de dollars a été signé fin 2012. Il a cela de particulier que Bigelow AerospaceBigelow Aerospace recevra cette somme au fur et à mesure que l'entreprise franchira des étapes prédéfinies allant du développement à la mise en place du module et du lancement aux essais orbitaux.

Il y a quelques jours, Bigelow Aerospace a confirmé que le module Beam était fin prêt pour son lancement. Actuellement plié et empaqueté, il sera livré ces prochain jours à SpaceX qui l'installera à bord de la capsule Dragon le moment venu.

D'un poids de 1,3 tonne, Il sera amarré par le bras robotiquerobotique de la Station à un des ports du nœudnœud de jonction Tranquility, dans le secteur américain de la Station spatiale pour une période d'au moins deux ans. Lorsqu'il sera entièrement gonflé, Beam offrira aux occupants de l’ISS un volumevolume supplémentaire de 16 mètres cubes.

Tester le démonstrateur en orbite

Il sera évidemment isolé du reste du complexe orbitalcomplexe orbital car il ne s'agit pas d'un modèle de vie ou d'une zone de travail. Ce démonstrateur doit permettre aux équipes de la Nasa et à celles de Bigelow Aerospace de tester son comportement en orbiteorbite mais aussi sa résistancerésistance aux conditions spatiales, notamment vis-à-vis du rayonnement spatial (galactique et solaire), et aux collisions avec les micrométéorites.

Des capteurscapteurs seront placés à l'intérieur du module afin de réaliser un certain nombre d'expériences. Environ tous les quatre à six mois, les astronautesastronautes s'y rendront pour s'assurer de sa résistance et de son intégritéintégrité ainsi que pour effectuer des relevés de données. La Nasa n'a pas précisé si les astronautes seront équipés des combinaisons qu'ils utilisent lors de leurs sorties extravéhiculaires. Enfin, au bout d'un an, si les tests de résistance sont bons, la Nasa pourrait décider d'en faire un module temporaire à l'intérieur duquel les astronautes pourraient y travailler. Toutefois, il sera nécessaire de l'adapter à sa nouvelle fonction car Beam ne dispose pas de système de support vie.

Bigelow Aerospace s'est lancé un pari fou : commercialiser des séjours hôteliers spatiaux d'ici une quinzaine d'années. © Bigelow Aerospace

Bigelow Aerospace s'est lancé un pari fou : commercialiser des séjours hôteliers spatiaux d'ici une quinzaine d'années. © Bigelow Aerospace

À l'issue de ces deux années en orbite, si la performance technique et l'expérience utilisateur s'avèrent concluantes, Bigelow Aerospace passera à l'étape suivante avec le lancement d'une structure gonflable bien plus grande et volumineuse (330 mètres cubes) qui, pour le coup, sera habitable (mais pas forcément habitée) et utilisée pour la recherche scientifique en microgravitémicrogravité et gravitégravité zéro.

Une station spatiale privée desservie par Boeing et SpaceX

Cet intérêt pour les structures gonflables n'est pas nouveau. Dans les années 1990, la Nasa envisageait déjà d'en utiliser pour un véhicule spatial à destination de Mars. Au début des années 2000, il en était pour la première fois question pour l'ISS. Cette technologie, développée à l'origine par la Nasa dans les années 1960, avait néanmoins rapidement été délaissée au profit de mécanismes et matériaux rigides mieux maîtrisés.

Ce n'est pas le premier prototype que Bigelow lance dans l'espace. En juillet 2006 et juillet 2007 la firme américaine avait lancé les structures gonflables Genesis 1 et Genesis 2 qui valident le concept en orbite. Avec les modules Beam et B330, Bigelow Aerospace sera alors techniquement capable de construire une Station spatialeStation spatiale faite de modules gonflables. Ainsi, s'il réunit les fonds nécessaires, le projet audacieux de Bigelow Aeropspace, qui prévoit la commercialisation de séjours touristiques et scientifiques à bord de cette future station spatiale, pourrait voir le jour. Cette station serait desservie par Boeing et SpaceX à l'aide des véhicules CST-100 et de Dragon V2.