Sciences

Grande incertitude sur le programme de véhicule de secours des équipages de la Station Spatiale internationale

ActualitéClassé sous :Astronautique

-

Des rumeurs insistantes font état de la suppression pure et simple du véhicule de secours des équipages de la Station spatiale internationale (CRV) en raison des problèmes budgétaires de la NASA alors que la Russie a très officiellement souhaité de voir augmenter le nombres de membres des équipages de 3 à 6 d'ici 2005. Le X-38, précurseur du CRV ne rencontre aucun problème technique majeur. Sa campagne d'essais se poursuit normalement. Bien que la suppression d'un seul élément de l'ISS semble anodin, dans ce cas précis les répercussions seront dramatiques pour la suite du programme d'assemblage de la Station. Le CRV aurait du être amarré en permanence à l'ISS et se tenir prêt à rapatrier d'urgence les sept membres d'un équipage. Hors, sans un tel véhicule de secours, l'équipage de l'ISS restera à trois membres permanents, comme aujourd'hui, le maximum pouvant être transporté par le vaisseau russe Soyuz.


Le CRV

Essai du X-38

Note : Le CRV (Crew Return Vehicle) devrait être le véhicule de secours des équipages de la station spatiale internationale. Continuellement attaché à la station, il devra être prêt à rapatrier d'urgence sur Terre l'ensemble des membres d'équipage. La NASA entreprend actuellement le développement du X-38, un véhicule qui met en œuvre, à une échelle réduite, les nouvelles technologies nécessaires au CRV. L'approche consistant à utiliser dans un premier temps un vaisseau identique au modèle définitif, entièrement fonctionnel mais à une échelle réduite, permet à la NASA de développer le projet pour un coût dix fois moindre. Bien que la NASA soit maître d'œuvre dans cette réalisation, d'autres agences spatiales y participent également. Plusieurs pays se trouvent ainsi réunis autour de ce projet : l'Allemagne, la Belgique, l'Italie, la Hollande, la France, l'Espagne, la Suède et la Suisse. L'ESA est un partenaire à part entière dans le programme du X-38. Elle fournit du matériel et des logiciels pour l'expertise aérodynamique, la structure du fuselage, le train d'atterrissage et les systèmes de gouverne. L'agence spatiale européenne s'intéresse de près au développement des technologies de rentrée atmosphérique : l'Europe ne maîtrise pas encore à grande échelle ce domaine, mais le programme ARD de capsule de rentrée atmosphérique démontre les progrès accomplis ces dernières années. Le X-38, a effectué de nombreux vols d'essais avec succès depuis mars 1998. le dernier de ces vols remonte au 13 décembre 2001 au cours duquel le X-38 a réussi le vol le plus haut, le plus rapide et le plus long du programme.

Par Rémy Decourt

Cela vous intéressera aussi