Cela vous intéressera aussi

Goce, acronyme de Gravity field and steady-state Ocean Circulation Explorer, est le premier satellite Earth Explorer du programme Planète Vivante de l'Agence spatiale européenneAgence spatiale européenne à avoir été mis en orbiteorbite. Lancé en 2009 par Rockot, un ancien missilemissile russe reconverti en lanceurlanceur, il a pour mission de mesurer avec une précision inégalée le géoïdegéoïde terrestre (forme de la TerreTerre suivant la surface de gravitégravité constante à l'altitude 0).

À ce jour, ce satellite est toujours en activité. En avril 2011, l'Agence spatiale européenne a décidé de prolonger sa mission de 18 mois, jusqu'en décembre 2012. En août 2012, en raison du bon fonctionnement du satellite et d'une consommation de carburant plus faible que prévue, l'Esa décide d'abaisser son orbite de 20 km afin de l'amener à 235 km d'altitude.

Doté d'un seul instrument, un gradiomètre développé par Thales Alenia Space, Goce a été construit sous la maîtrise d'œuvre d'Astrium. D'une longueur de 5 m pour un diamètre de 1 m, ce satellite a une forme longiligne et présente un profil aérodynamique proche de celui d'un avion, afin que sa traînée soit la plus faible possible.

Goce, au plus près de la Terre

En effet, pour réaliser ses mesures, le satellite a besoin d'être le plus proche possible de la Terre, afin de pouvoir observer le signal du champ gravitationnel le plus fort possible. Cette condition permet également d'éviter que ces mêmes mesures soient perturbées par le satellite, de façon à ne mesurer que les effets des anomaliesanomalies gravitationnelles terrestres. C'est pourquoi il a été placé sur une orbite d'environ 255 km, quelque 500 km de moins que pour la plupart des satellites d'observation de la Terreobservation de la Terre. Cette altitude est apparue comme le meilleur compromis entre retour scientifique, traînée atmosphérique et activité solaire, cette dernière influant sur la densité de l'atmosphèreatmosphère résiduelle.

Sa forme, très inhabituelle pour un satellite d'observation de la Terre, s'explique par la nécessité d'avoir un satellite d'une très grande stabilité à l'intérieur duquel il n'y a aucune pièce mécanique mobile susceptible de fausser la précision des mesures. Ceci de façon à ce que les mesures prises correspondent à la gravité terrestre réelle, et non à des micromouvements internes du satellite.

Des cartes précises du géoïde avec Goce

Pour compenser les effets de l'atmosphère résiduelle, le satellite est doté d'un moteur ioniquemoteur ionique qui fonctionne en permanence. Sans quoi, le satellite retomberait sur Terre en seulement quelques mois.

Quant aux résultats scientifiques, ils sont au rendez-vous. Des cartes du géoïde terrestre ont été tracées, avec une résolutionrésolution jamais atteinte, de 10 à 100 fois plus précises que ce qui avait été fait avec les missions précédentes Champ et Grace.

CryosatCryosat était le premier satellite Earth Explorer, mais a été perdu lors de son lancement, en octobre 2005. Il a depuis été remplacé par un satellite identique lancé en avril 2010.