Sciences

La gravité martienne étudiée grâce à des souris

ActualitéClassé sous :Univers , mars , Voyage

Les hommes ont besoin de la gravité. Les études réalisées durant les vols spatiaux ont démontré que le corps humain se modifie sans cette gravité. Les muscles perdent de leur masse, les os perdent leur densité, l'homme perd son habileté.

Ces études ont permis de déterminer le comportement des mammifères lorsqu'ils sont soumis à une gravité de 0 g. Nous subissons en permanence une gravité de 1 g sur la terre.

Des questions qui restent sans réponses préoccupent les scientifiques : quel sera le comportement de notre corps pour des gravités d'une valeur située entre 0 et 1 g?
Quel sera le comportement du corps humain s'il était soumis à la gravité martienne qui est de 0,38 g? Est-ce assez pour assurer un comportement normal du corps humain ? Et aussi important, celui-ci sera-t-il capable de se réadapter à une gravité de 1 g une fois de retour sur terre?

Une équipe de scientifiques provenant du Massachusetts Institute of Technology (MIT), de l'Université de Washington (U.S.A.) et de l'université de Queensland en Australie ont décidé d'étudier cette question. Ils vont pour ce faire mettre des souris en orbite dans l'espace.

Une des astro-souris, crédits: MarsGravity.org

Les scientifiques projettent de construire un vaisseau spatial qui tournera sur lui-même en orbite afin de créer une gravité artificielle de 0,38 g (gravité de la planète Mars). La vitesse de rotation sera de 34 fois par minute.
Le lancement du biosatellite devrait avoir lieu en 2006. Les souris seront exposées à la gravité de Mars pendant cinq semaines.
Après cette durée, les souris redescendront sur terre dans une petite capsule du modèle Apollo près de Woomera en Australie.

Ce biosatellite est le projet de départ dans cette étude de gravité, il est financé d'une part par la NASA, d'autre part par un étudiant qui se chargeront de réunir les fonds nécessaires mais aussi de construire le vaisseau spatial.
Les recherches seront concentrées sur l'évolution musculaire, osseuse et sur la partie de l'oreille interne qui affecte notre équilibre.

Pendant ce voyage, chaque astro-souris séjournera dans un petit compartiment individuel. Elles seront constamment observées grâce à une caméra qui permettra d'étudier ainsi le comportement du petit mammifère. Elles auront chacune un système qui leur fournira de l'eau, ce système permettra d'étudier la consommation d'eau par la souris.
Les excréments des souris seront collectés individuellement dans un compartiment qui contiendra un analyseur d'urine. Cet analyseur vérifiera l'urine de manière à vérifier qu'il n'y a pas d'altération osseuse.
Chaque habitation sera équipée d'une petite balance, les chercheurs pourront de ce fait étudier la variation du poids corporel des souris.
Chaque souris aura un petit jouet afin de s'occuper pendant ce voyage de cinq semaines, divers objets sont à l'étude. En tous cas, pas de cage d'écureuil car une trop grande activité peut changer les effets de la gravité. Une souris courrant dans ce type de roue peut parcourir plusieurs kilomètres par jour.

Des souris femelles seront uniquement sélectionnées pour cette expérience car celles-ci mangent moins que les mâles. De cette manière, la quantité de nourriture à emporter sera moindre. Mais, plus important, il a été démontré que les femelles étaient plus affectées que les mâles par la basse gravité.

Plus de 250 étudiants faisant partie des trois universités participeront au projet du biosatellite.

Suite aux récents succès des missions martiennes et la décision par l'administration américaine concernant un voyage habité vers la planète Mars, de nombreuses questions encore sans réponses devront être étudiées pour pouvoir envisager un tel voyage.

Vue d'artiste biosatellite, crédits: MarsGravity.org
Cela vous intéressera aussi