Sciences

Mission Mars, bilan et album photos : bon voyage !

ActualitéClassé sous :Astronautique , mars , Spirit

Depuis le début de l'année, Mars nous fait rêver grâce aux clichés merveilleux envoyés par les sondes et les rovers. Cependant ces derniers sont confrontés à quelques problèmes techniques. La direction de Spirit est enfin réparée et son travail d'exploration va pouvoir reprendre ; mais en parallèle Opportunity patine dans la poussière du cratère Endurance. La sonde européenne Mars Express quant à elle continue de nous séduire avec ses images saisissantes. Bon voyage !

Mars Express en pleine action

Coprates Catena est une chaîne de structures effondrées, qui courent parallèlement à la vallée principale Coprates Chasma.

Ces structures effondrées varient entre 2.500 et 3.000 mètres de profondeur, ce qui est beaucoup moins que la profondeur de la vallée principale de 8.000 mètres. On peut voir quelques glissements de terrain sur les parois de la vallée.

Les canyons Tithonium Chasma et Ius Chasma font également partie de Valles Marineris. Valles Marineris est en fait un vaste réseau de vallées fortement encaissées qui s'étendent d'est en ouest au niveau de l'équateur sur une distance de 4000 km. Large de 700 km, sa profondeur atteint par endroit 10 kilomètres.

Direction réparée pour Spirit

Spirit est toujours au travail, sur le flanc des Columbia Hills, le travail de début novembre ayant surtout consisté à régler le problème des freins directionnels qui contrôlent l'orientation du couple de roues avant droite/arrière gauche. Soupçonnant que l'orientation des roues ne s'effectuait pas sur commande lors d'un trajet, les ingénieurs s'étaient contentés de faire tourner Spirit sur place à l'arrêt, à la façon d'un tank, lorsqu'un changement de direction était nécessaire. Après plusieurs semaines d'analyse, les ingénieurs du JPL sont désormais convaincus que c'est le capteur, indiquant l'état des freins, qui leur envoie de fausses informations et que les freins fonctionnent en fait correctement. Les navigateurs vont donc pouvoir revenir au mode d'utilisation normal du véhicule.

Opportunity bat en retraite

Dans le cratère Endurance, Opportunity patine dans la poussière, et les navigateurs se sont rendus à l'évidence qu'il ne pourra pas sortir du cratère par le chemin préconisé, vers l'Est. Ils ont donc décidé qu'il fera demi-tour et reviendra sur ses traces pour grimper le versant Sud du cratère. Cette décision suit plusieurs jours de déconvenues.

Le 22 octobre (Sol 265), Opportunity doit en effet s'éloigner du rocher Wopmay, un trajet de 21 mètres étant prévu. Or, l'astromobile s'arrête au bout de 3,5m, l'ordinateur de bord ayant détecté une dépense électrique anormale des moteurs d'orientation des roues.

Pour le week-end du 23-24 octobre, une séquence d'instructions limitée est donc communiquée à l'astromobile. Initialement, les ingénieurs du JPL voulaient qu'il pose son bras articulé sur les aimants collecteurs de poussière (placés sur le châssis) pour analyse, mais ils soupçonnent que le rover est stationné sur une roche enfouie et qu'il y a un risque que le bras le heurtera dans son mouvement. Les instructions pour le week-end se limitent alors simplement à des observations de télédétection avec caméra et mini-TES.

Le lundi 25 octobre (sol 268), Opportunity s'applique à quitter la tranchée qu'il s'était creusé, à force de faire du surplace. Après 4 mètres de montée de la pente en biais, il tente un parcours pleine pente de 9 m, mais s'arrête au bout de 40 cm, ayant dérapé d'autant vers le bas (" 100 % slip "). Le lendemain, les navigateurs marquent donc une pause pour récolter des images du terrain piégeux et mettre sur pied une stratégie de déplacement pour les jours à venir.

Le 27 octobre est le 270e Sol passé sur Mars par Opportunity, soit trois fois la mission nominale de 90 jours. C'est l'occasion de fêter le succès remarquable de la sonde qui est en excellent état de marche après neuf mois, et dispose d'une charge électrique nominale. Les navigateurs se concentrent toutefois sur le casse-tête qui consiste à sortir du cratère Endurance, c'est-à-dire à grimper la pente sans patiner. Ce jour-là, un test de montée en biais, à 45° par rapport à la ligne de pente, donne de bons résultats : l'astromobile s'élève d'un bon mètre. Mais le lendemain 28 octobre (sol 271), les navigateurs déchantent : la première étape du parcours concocté vers l'Est - vers l'objectif de Burns Cliff (en photo) - est un fiasco. Lors d'un bref parcours en oblique, Opportunity dérape tant qu'il se retrouve 35 cm plus bas après 78 cm de parcours. C'est alors que les navigateurs décident d'abandonner leur projet de sortir du cratère dans cette direction et de rebrousser chemin.

Au préalable, l'astromobile étudiera à distance (15 m) l'affleurement Burns Cliff qu'il n'atteindra jamais. Après ce programme de télédétection, il reviendra sur ses traces et tentera de sortir de la cuvette par le Sud, le point de crête " Karatepe " par lequel il était entré dans Endurance le 8 juin dernier...

Cela vous intéressera aussi