Une nouvelle fois, la NasaNasa a été contrainte de reporter le lancement de la mission Artemis I à destination de la LuneLune. Samedi 3 septembre, 3 heures environ avant l'ouverture de la fenêtrefenêtre de tir, l'Agence spatiale a stoppé les opérations de préparation au décollage en raison d'une fuite de carburant détectée pendant le remplissage des réservoirs. Le lancement initial de la mission, qui devait avoir lieu le 29 août avait été reporté en raison d'un capteurcapteur qui indiquait qu'un des 4 moteurs de l'étage principal du SLS ne s'était pas correctement refroidi avant de pouvoir être allumé.

La Nasa doit communiquer plus en détail sur la suite des opérations. Il faut savoir que si la fuite peut être réparer sur place, c'est-à-dire sur la pas de tir, une prochaine tentative de lancement pourrait se dérouler entre le 20 septembre et le 4 octobre. Mais si la réparation nécessite de ramener le lanceurlanceur à l'intérieur du Bâtiment d'assemblage, le VAB, les prochaines tentatives de lancement auront lieu seulement à partir du 15 octobre.

À ce problème de fuite s'ajoute celui de la gestion des batteries qui font fonctionner le système de destruction en vol du lanceur. Si l'on se fie aux règles en vigueur, la Nasa doit ramener le lanceur dans le VAB pour procéder à la vérification du bon fonctionnement de ce système. La Nasa et les autorités spatiales discutent d'une dérogation exceptionnelle pour ne pas ramener le SLS au VAB si la fuite peut être réparée sur place. À suivre donc.


Artemis I : le décollage de la méga-fusée SLS est toujours prévu pour le 3 septembre

Article de X. Demeersman publié le 2 septembre 2022

La Nasa a donné des nouvelles de son puissant lanceur, le SLS, qui était prêt à décoller du Centre spatial Kenney en Floride, lundi 29 août, à 14 h 33. La nouvelle date annoncée pour le vol d'Artemis I est ce samedi 3 septembre, à 14 h 17 heure locale, soit 20 h 17 en France métropolitaine. La fenêtre de tir se refermera deux heures plus tard. Et si, les conditions ne seront toujours pas réunies pour un décollage, un nouvel essai sera mené le 5 septembre.

MàJ : l'Agence spatiale informe que les prévisions météométéo sont pour l'instant favorables à 60 % pour samedi, et à 70 % pour lundi. La Nasa précise qu'il n'y aura pas de tir le dimanche car cela ferait déployer les panneaux solaires d'OrionOrion en « zone d'éclipseéclipse », c'est-à-dire dans l'ombre de la Terre, ce qui est trop risqué. Et « si la mission décolle samedi, elle durera 37 jours, avec un amerrissage d'Orion le 11 octobre ».

La méga-fusée de la Nasa, SLS (Space Launch System), dressée vers le ciel, au lever du Soleil en Floride mercredi 31 août. © Nasa, Bill Ingalls
La méga-fusée de la Nasa, SLS (Space Launch System), dressée vers le ciel, au lever du Soleil en Floride mercredi 31 août. © Nasa, Bill Ingalls

Lundi 29 août, le compte à rebours a été arrêté 40 minutes avant le décollage prévu, quand les équipes ont constaté que le moteur 3 ne se refroidissait pas suffisamment et qu'il y avait aussi une fuite d'hydrogènehydrogène sur ce qu'ils appellent « la boite de purge ». Les ingénieurs ont dû « géré la fuite en ajustant manuellement les débitsdébits de propulseurpropulseur ». Les prochains jours seront donc passés à revoir ces éléments et notamment la procédure de remplissage des réservoirs, précise la Nasa : « une procédure similaire à celle qui a été effectuée avec succès lors du Green Run au Stennis Space Center dans le Mississippi ». Les tests sur les refroidissements des moteurs seront aussi effectués plus tôt.

MàJ : La Nasa a donné plus de détails dans la nuit de jeudi à vendredi 2 septembre au sujet du moteur 3. Il y a désormais la quasi-certitude que le capteur de températurecapteur de température du moteur est défaillant et le moteur avait bien atteint la bonne température. L'anomalieanomalie serait donc qu'une fausse alerte mais l'équipe « hydrogène » refroidira quand même plus tôt les lignes d'approvisionnement. Il y avait aussi un souci de fuite d'hydrogène liquideliquide à l'interface entre le lanceur et le pas de tir, elle a été réparée. On avait aussi remarqué une fissure dans la moussemousse isolante dans « l'interstage » (structure entre les deux étages). Des débris de mousse pourraient heurter les boostersboosters mais la Nasa a jugé ce problème comme secondaire.

Nous ne manquerons pas une miette de ce spectacle qui s'annonce spectaculaire et historique, marquant le coup d'envoi des missions Artemis (humains sur la Lune et Mars) et du retour de l’être humain sur un autre monde que la Terre.


Le décollage d'Artemis I est repoussé au 2 septembre

Article de X. Demeersman publié le 29 août 2022

La Nasa a déclaré avoir été contrainte d'annuler le lancement de son imposante fusée, le SLS (Space Launch System), initialement prévu ce lundi 29 août à 14 h 33, heure de Paris, en raison d'un problème technique.

En cause, une anomalie détectée dans les circuits de refroidissement de l'un de ses moteurs principaux. Cette défaillance aurait provoquée une surchauffe du moteur et sa fontefonte après le décollage et donc compromis la mission de 42 jours dans l'espace et autour de la Lune. Dans ces conditions, l'Agence spatiale américaine a naturellement préféré repousser le vol inaugural de son puissant lanceur qui a coûté plus de 35 milliards de dollars, et donc la mission Artemis I, à ce vendredi 2 septembre. La fenêtre de lancement s'ouvrira à 18 h 48, heure de Paris et se refermera 2 heures plus tard.

Artemis I est le premier volet de l'ambitieuse mission du même nom (sœur d'Apollon) qui vise à renvoyer des terriens à la surface de la Lune, 50 ans après la fin du programme ApolloApollo. Ces séjours prévus à l'horizon 2025 ne seront que des étapes sur le chemin qui doit conduire des êtres humains jusqu'à Mars au cours de la prochaine décennie.

Nous vous donnons rendez-vous ce vendredi 2 septembre, vers 18 h 15, pour un nouveau live de cet événement spatial avec nos experts invités.