Sciences

X-Prize : les vraies questions vont devoir être posées

ActualitéClassé sous :Univers , ANSARI X-Prize , FAA

Le monde du vol habité a été secoué par la grande aventure de l'équipe de Burt Rutan. Son avion fusée SpaceShipOne a atteint une altitude de 112 km, battant du même coup l'ancien record détenu par le X-15 depuis 1963. Ces deux incursions dans l'espace à moins de 5 jours d'intervalle ont permis à Mojave Aerospace Ventures (MAV) de remporter les 10 M$ de l'Ansari X-Prize. Le pilote Brian Binnie est ainsi devenu le 434ème humain à être sorti de notre atmosphère.

Space Ship One et son lanceur White Knight

Beaucoup de passionnés d'espace espèrent que cet événement va ouvrir l'ère du tourisme spatial. Peter Diamandis, fondateur du trophée, pense que désormais la compétition va continuer entre compétiteurs étrangers qui voudront être les premiers de leur pays à lancer un vaisseau suborbital habité privé. Il existe des équipes en Russie, au Royaume-Uni, en Roumanie en Argentine, en Ukraine, au Canada mais pas en France.

L'administrateur de la FAA (Federal Aviation Administration), Marion Blakey était présente lors du vol historique du 4 octobre. Les règles du tourisme spatial restent à écrire. La FAA a simplement affirmé que la sécurité était son souci principal. Reste à savoir quelle sécurité et pour qui, passagers, pilotes, public ? Une bataille discrète sur ce point a eu lieu au Capitole au sujet d'un projet de loi sur les vols suborbitaux commerciaux. La loi est pour l'instant en suspens.

Un autre problème que les législateurs vont devoir résoudre est celui de l'application des contrôles d'exportation pour une PME comme MAV, internationalisé et maintenant financé par le britannique Richard Branson.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi