Le rover Spirit de la mission MER de la NASA poursuit son activité opérationnelle plus de un an après son atterrissage sur Mars. Il continue d'envoyer quotidiennement son lot de photos. Quelle n'a pas été la surprise des scientifiques de voir que leur petit rover a réussi l'exploit de photographier un tourbillon de poussière (sol 420, dust devils en anglais), un phénomène majeur dans la météorologie de la planète et généralement de courte durée (la plupart ne vivent que quelques heures). Ce qui explique pourquoi les ingénieurs du JPL n'ont pas demandé à Spirit de réaliser une série de clichés de son évolution.
Cela vous intéressera aussi

Il ne s'agit pas d'un phénomène isolé. Ces tourbillons sont nombreux à sillonner les plaines et les désertsdéserts poussiéreux de la planète. La sonde en orbiteorbite Mars Global Surveyor en photographiephotographie les traces souvent. Ils se forment pendant les heures les plus chaudes de la journée et la force des ventsvents à l'intérieur du tourbillontourbillon est particulièrement violente. En injectant des tonnes de poussière dans l'atmosphèreatmosphère martienne, ils sont peut-être aussi responsables de la couleurcouleur brun-jaune caractéristique du ciel martien.

C'est pourquoi la NASANASA a prévu de les étudier plus en détail lors d'une prochaine mission martienne. Il s'agit de mieux comprendre les mécanismes à l'origine de leur formation car ces dust devils sont susceptibles d'interférer avec les robotsrobots et le matériel que l'homme débarquera sur Mars au cours des missions habitées. Les retombées de poussière après son passage ou la naissance d'une tempêtetempête de poussière pourraient présenter des dangers pour les astronautesastronautes qui fouleront un jour la surface de Mars.

Enfin, les vents générés par le tourbillon ont débarrassé les panneaux solaires du roverrover de la pellicule de poussière accumulée depuis plusieurs mois, ce qui a pour effet d'accroître la production d'énergieénergie. Le JPLJPL a confirmé que la puissance de SpiritSpirit est passée de 60 à 93 %. Ces vents ont également nettoyé les roches environnantes, ce qui rend l'analyse minéralogique des roches et du sol bien plus facile pour Mini-TES, le spectromètrespectromètre infrarouge à émissionémission thermique du rover.