Sciences

Une pluie de météorites à l'origine de la vie sur Terre ?

ActualitéClassé sous :Univers , apparition de la vie , panspermie

Par son absence d'atmosphère et sa faible activité géologique, la surface de la Lune raconte avec précision son passé météoritique. Or, l'histoire de notre satellite comporte un épisode de bombardement intense, montrant qu'une pluie de météorites s'est abattue sur elle et la Terre. Cette page de l'histoire remonte à 4 milliards d'années, une date qui, aux yeux de nombreux chercheurs, coïncide avec l'apparition des premières bactéries sur Terre.

Vue d'artiste d'une explosion de météorite à la surface de la Lune (Crédits : NASA/MSFC)

Les questions à ce sujet sont nombreuses : Qu'est-ce qui a fait naître cette pluie de météorites ? Les bombardements ont-ils annihilé toute vie sur Terre, la faisant repartir de zéro ? Ou, au contraire, ont-ils apporté les briques de la vie sur Terre ?

Des nouvelles datations de roches lunaires montrent que la Terre et la Lune ont été frappées par une pluie de météorites, il y a environ 3.9 milliards d'années

La Terre et la Lune frappées par une pluie de météorites

La Lune présente de nombreuses cicatrices à sa surface, qui content son passé tumultueux. Et nul doute que la myriade de cratères qui criblent la Lune, conséquence des impacts à répétition, est l'image d'un bombardement semblable qu'a dû connaître notre planète. Seulement les tremblements de terre, les volcans et l'érosion remodèlent la surface de la Terre en permanence et gomment les cratères d'impacts, tandis que la Lune, dépourvue d'atmosphère et d'une activité géologique intense, conserve les stigmates de son passé au fil des âges.

Dans les années 70, les missions Apollo ont rapporté sur Terre de précieux échantillons de roches lunaires. Une équipe de chercheurs dirigée par Robert Duncan, de l'université de l'Oregon, a récemment fait de nouvelles analyses et datations de ces échantillons. Il ressort de leur étude que la Lune a traversé une période de bombardements intenses, comprise entre 3,8 et 4 milliards d'années. Une pluie de météorites qu'a également dû essuyer la Terre, même si ses vestiges sont moins visibles à la surface.

Un échantillon de roche lunaire rapporté par les missions Apollo (Crédits : NASA)

Quel lien entre ce bombardement et la vie ?

La Terre est âgée de 4,5 milliards d'années. L'époque où cette pluie de météorites s'est abattue sur elle coïncide étrangement avec l'apparition de la vie. Dès lors, plusieurs hypothèses s'affrontent, dont celles de « l'averse de météorites tueuse » et de « l'averse ayant apporté la vie » - ou panspermie. Si la vie était déjà présente sur Terre, son développement aurait pu être interrompu, voire annihilé, par les impacts à répétition. La vie n'aurait alors retrouvé sa place qu'à la fin de cette averse mortelle. Par contre, si la vie ne s'était pas encore fait une place sur Terre, les météorites auraient pu y apporter des briques élémentaires, des molécules essentielles à son apparition future - théorie de la panspermie. Ou encore, la vie aurait pu naître après le bombardement, mais sans apport de matériaux extraterrestres.

Pourquoi une telle averse ?

Reste la question de l'origine de la pluie de météorites essuyée par la Lune et la Terre. Là encore, les possibilités sont nombreuses. « Une dixième et une onzième planète auraient pu entrer en collision », propose Duncan, ou « la migration de Neptune aurait pu induire des collisions dans la ceinture d'astéroïdes ». D'autres astronomes avancent l'hypothèse d'une « Planète V », un astre qui se serait formé dans la région occupée par Mercure, Vénus, la Terre et Mars, et qui aurait été avalé par le Soleil à cette période, non sans perturber au passage la ceinture d'astéroïdes flottant entre Mars et Jupiter (de par la forte excentricité de son orbite). Encore plus fantaisiste : l'entrée en « résonance » des orbites de Jupiter et de Saturne, qui aurait perturbé les orbites des astres et des embryons de planètes, créant un état temporaire de chaos dans le Système Solaire.

Les explications sont nombreuses et variées, mais les scientifiques forment depuis longtemps le vœu de trouver celle collant à la réalité...

Cela vous intéressera aussi