Sciences

Espace : des nouvelles du CEV et de son système de propulsion

ActualitéClassé sous :Univers , CEV , Crew Exploration Vehicle

-

La NASA écarte l'option d'un système de propulsion oxygène/méthane pour le CEV.

Lancement d'un CEV - Image de synthèse

La NASA a mis à jour ses spécifications pour le développement du Crew Exploration Vehicle (CEV). Une différence majeure par rapport à l'architecture des systèmes spatiaux présentée en 2005 est à noter : la NASA renonce au développement d'un moteur à ergols liquides oxygène/méthane pour la propulsion du LSAM (Lunar Surface Access Module) et du service module.

Un tel concept était initialement envisagé dans une perspective à plus long terme de missions vers Mars, dans l'hypothèse où le méthane pourrait être extrait de l'atmosphère de la planète rouge. Anticipant les risques liés au développement d'un nouveau moteur, la NASA favoriserait donc des technologies éprouvées (système hypergolique utilisant de l'hydrazine ou propulsion hydrogène/oxygène liquide) jugées suffisantes pour des missions lunaires.

Les grands industriels s'organisent en vue de l'attribution du contrat CEV

La NASA prévoit d'attribuer en 2006 le contrat de développement du Crew Exploration Vehicle (CEV) : malgré les incertitudes existant sur le financement du projet d'exploration de la NASA à moyen terme, la répartition des activités est un enjeu de taille pour les grands industriels du secteur du vol habité et leurs sous-traitants.

Les deux équipes en compétition pour la maîtrise d'œuvre du CEV, menées par Northrop Grumman/Boeing et Lockheed Martin, ont créé en interne des entités entièrement dédiées aux futurs systèmes d'exploration.

La proposition Northrop Grumman/Boeing est basée sur une complémentarité des compétences : Northrop assurerait le développement du CEV en se basant sur l'expertise passée de Grumman et TRW, Boeing assurant par la suite la construction des systèmes de lancement (dont l'étage supérieur Earth Departure Stage) et du module lunaire.

De son côté, Lockheed Martin, fournisseur des réservoirs externes de la navette, utiliserait pour le CEV les installations et les compétences développées sur son site de Michoud en Louisiane.

Enfin, ATK Thiokol, déjà sélectionné par la NASA pour la construction du premier étage du Crew Launch Vehicle, pourrait se positionner sur le CEV en tant que sous-traitant pour fournir protections thermiques, capteurs, structures composites et protections contre les radiations.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi