Une équipe de chercheurs de l'Institut de pharmacologie de Shanghai (SIMM) de l'Académie des Sciences de Chine, dirigée par le professeur WANG Mingwei, vient d'identifier une molécule pouvant amener à la création d'un médicament par voie orale contre le diabète, plus pratique que l'actuel traitement par injections quotidiennes.
Cela vous intéressera aussi

Touchant 180 millions de personnes dans le monde, le diabètediabète est une maladie qui affecte soit la production d'insulineinsuline (diabète de type 1) soit son efficacité (diabète de type 2) et cause une hyperglycémie avec des conséquences sur le coeur, les vaisseaux sanguins, les yeuxyeux, les reinsreins, et les nerfsnerfs.

Cette découverte serait le résultat d'études sur une protéineprotéine appelée Glucagon-Like PeptidePeptide (GLP-1), hormonehormone gastro-intestinale impliquée dans la sécrétionsécrétion d'insuline en réponse à l'alimentation et son récepteur membranaire associé (GLP-1R). L'équipe du professeur WANG vient d'identifier une moléculemolécule, agonisteagoniste du récepteur, ayant des propriétés similaires au GLP-1 , appelée Boc5, et de prouver par des tests sur une souris diabétiquediabétique qu'elle permettait une augmentation de la sensibilité à l'insuline, une réduction du taux de cholestérolcholestérol, et une régulation de l'appétit. Après un mois, la souris avait le même taux de glucoseglucose que les souris saines et avait perdu beaucoup de poids.

Cette découverte ouvrant la voie à la commercialisation d'un nouveau traitement,a été reçue avec beaucoup d'attention de la part de la communauté scientifique et des industriels, notamment de Novo Nordisk et Merck&Co.

Par Yannick Lannes