Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire s’attaque aux cellules productrices d’insuline. Le patient doit surveiller sa glycémie et avoir recours à une insuline synthétique. © Khongtham, Shutterstock

Santé

Diabète : un complément alimentaire régénère les cellules qui fabriquent l’insuline

ActualitéClassé sous :diabète , diabète de type 1 , glycémie

-

Le Gaba, un neurotransmetteur qui existe sous forme de complément alimentaire dans le commerce, peut régénérer des cellules sécrétrices d'insuline dans un modèle de souris. C'est un espoir thérapeutique pour les patients diabétiques de type 1.

Des chercheurs de l'Inserm sous la direction de Patrick Collombat au sein de l'Unité 1091 « Institut de biologie Valrose » (Inserm, CNRS, université de Nice-Sophia-Antipolis) démontrent que le Gaba, un neurotransmetteur utilisé parfois en complément alimentaire, pourrait induire la régénération des cellules produisant l'insuline. Cette découverte, réalisée chez la souris et partiellement validée chez l'Homme, apporte un nouvel espoir aux patients atteints de diabète de type 1.

Cette maladie se caractérise par la destruction sélective des cellules produisant l'insuline, une hormone permettant de diminuer le taux de sucre sanguin en cas d'apport sucré. On les appelle cellules β pancréatiques. Trouver comment les restaurer est un enjeu majeur de la recherche notamment parce que les traitements actuels ne suffisent pas toujours à éviter de graves complications.

Les scientifiques avaient montré dans de précédents travaux qu'il était possible de recréer ces cellules β en modifiant génétiquement des cellules qui leur ressemblent : les cellules α productrices de glucagon. L'approche utilisée consistait en l'activation forcée d'un gène nommé Pax4 dans toutes les cellules alpha. Les résultats prouvaient aussi que ces cellules alpha étaient continuellement régénérées et converties en cellules bêta conduisant à une augmentation massive du nombre de cellules bêta. Cependant, pour espérer un jour pouvoir transposer cette découverte à l'Homme, il fallait trouver un composé qui permette de recréer cette modification induite génétiquement. « Notre première avancée était importante, mais il n'était pas possible d'agir de cette manière sur le patrimoine génétique d'un être humain », explique Patrick Collombat, directeur de recherche à l'Inserm. 

Les cellules du pancréas qui fabriquent l’insuline sont régénérées chez les souris complémentées en Gaba (à droite). © Inserm

Le Gaba régénère les cellules qui sécrètent l’insuline

Dans ce nouveau travail, l'équipe de chercheurs vient de démontrer que cet effet pourrait être induit sans aucune modification génétique, grâce au Gaba, un neurotransmetteur présent naturellement dans l'organisme mais aussi disponible sous forme de complément alimentaire. Chez la souris d'abord : il induit la régénération continue, mais contrôlée, des cellules alpha du pancréas et leur transformation en cellules produisant de l'insuline. Les cellules ainsi générées sont fonctionnelles et peuvent soigner plusieurs fois un diabète induit chimiquement chez la souris.

Chez l'Homme ensuite : sur des îlots de Langerhans (qui contiennent à la fois des cellules alpha et beta), les chercheurs ont observé qu'après 14 jours de culture en présence de Gaba, le nombre de cellules alpha productrices de glucagon diminuait de 37 % au profit d'une augmentation de 24 % des cellules productrices d'insuline.

Enfin, en transplantant l'équivalent de 500 îlots de Langerhans humains chez la souris, les mêmes résultats ont été obtenus en supplémentant quotidiennement l'alimentation des souris en Gaba pendant un mois. Ces résultats sont prometteurs quant à l'efficacité probable de cette solution pour l'Homme. Des essais thérapeutiques vont ainsi être prochainement initiés afin de déterminer si le Gaba pourrait effectivement aider des patients atteints de diabète de type 1.

Ces travaux publiés dans la revue Cellont bénéficié du soutien financier de l'ERC et de la Juvenile Diabetes Research Foundation.

Pour en savoir plus

Diabète : reprogrammer des cellules pour fabriquer de l’insuline

Article de Agnès Roux paru le 3/07/2013

Le diabète se caractérise par un déficit en insuline, l'hormone chargée de diminuer la glycémie. Dans une étude récente, des chercheurs français montrent que l'on peut reprogrammer plusieurs fois de suite des cellules du pancréas en cellules synthétisant de l'insuline chez la souris.

La glycémie, qui correspond au taux de sucre présent dans le sang, est rigoureusement contrôlée par deux hormones, l'insuline et le glucagon. Elles sont sécrétées dans les îlots de Langerhans, dans le pancréas, et ont des actions antagonistes. L'insuline est chargée de faire baisser la glycémie, alors que le glucagon sert à l'augmenter. Dans le cas du diabète de type 1, les cellules bêta du pancréas sont détruites, et l'insuline n'est plus produite. En revanche, la synthèse du glucagon par les cellules alpha augmente.

Les personnes atteintes de diabète de type 1 doivent s'injecter plusieurs fois par jour la précieuse insuline. Selon l'Inserm, cette maladie toucherait plus de 30 millions de personnes dans le monde. Malgré les différents traitements, elle ne se guérit pas et réduit la durée de vie de cinq à huit ans. Une des pistes de traitement est la reprogrammation des cellules alpha productrices de glucagon en cellules bêta sécrétrices d’insuline. Une équipe américaine de l'université de Pennsylvanie a récemment réussi cet exploit sur des cellules humaines cultivées in vitro.

L'activation du gène Pax4 dans le pancréas de souris transgéniques induit la régénération massive de cellules bêta productrices d'insuline (visibles en rose à droite). L'image de gauche correspond au pancréas de souris contrôles. © Patrick Collombat, Inserm

Des chercheurs français de l'Inserm sont également dans la course. En 2009, ils avaient réalisé cette opération in vivo chez la souris en activant le gène Pax4 dans les cellules alpha du pancréas« Le gène Pax4 contrôle plusieurs autres gènes, indique Patrick Collombat, directeur de l'équipe. Son activation permet de transformer les cellules alpha en cellules bêta productrices d'insuline. » Dans une étude récente, la même équipe a décrypté les mécanismes aboutissant à ce changement d'identité cellulaire, et montre que les cellules bêta du pancréas peuvent être régénérées plusieurs fois. Leurs travaux sont publiés dans la revue Developmental Cell.

Souris guéries plusieurs fois du diabète

Les auteurs ont utilisé des souris transgéniques pour lesquelles le gène Pax4 était activé dans les cellules alpha. En utilisant de la streptozotocine, un produit chimique toxique pour les cellules bêta, les auteurs ont pu artificiellement recréer un diabète de type 1 chez les rongeurs. Ils ont alors confirmé que le stock de cellules bêta productrices d'insuline se régénérait grâce à l'expression du gène Pax4.

En traitant les souris transgéniques plusieurs fois à la streptozotocine, les scientifiques ont montré que les cellules bêta pouvaient se régénérer à de nombreuses reprises. « Nous avons réussi à détruire et à restaurer quatre fois de suite les cellules bêta, explique Patrick Collombat. Le diabète peut ainsi être soigné de nombreuses fois grâce au nouveau stock de cellules productrices d'insuline. » En y regardant de plus près, les chercheurs ont montré qu'une fois transformées en cellules bêta, de nouvelles cellules alpha apparaissaient grâce à la mobilisation de cellules provenant des canaux pancréatiques. Ces cellules alpha peuvent être programmées en nouvelles cellules bêta et représentent une réserve importante d'insuline.

Les auteurs souhaiteraient maintenant reproduire cette technologie chez l'Homme par thérapie génique« Nous sommes optimistes, mais aussi réalistes. Un traitement du diabète avec cette méthode n'est pas pour demain », tempère le chercheur.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

--------------

Présentation de l'Inserm

Créé en 1964, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et du ministère des Affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Ses chercheurs ont pour vocation l’étude de toutes les maladies, des plus fréquentes aux plus rares, à travers leurs travaux de recherches biologiques, médicales et en santé des populations. L’ensemble des équipes regroupe près de 15 000 chercheurs, ingénieurs, techniciens, gestionnaires, hospitalo-universitaires, post-doctorants…

L'Inserm est aussi présent sur Twitter et Facebook.

Cela vous intéressera aussi

Le fantastique pouvoir des cellules souches  La jeunesse éternelle semble être une quête aussi ancienne que l’humanité. Il se pourrait que cette fontaine de jouvence tant convoitée se situe au cœur même de notre organisme, au sein des cellules souches. Discovery Science nous emmène à la découverte de ces étonnantes cellules en vidéo.