À la surface de Pluton se dessine une gigantesque structure en forme de cœur. Un cœur d’azote gelé qui bat. Et qui fait ainsi souffler les vents sur la planète naine. D’une manière plutôt surprenante.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] New Horizons : revivez l'approche de Pluton comme si vous y étiez Dans cette vidéo composée de plus de cent images prises par la sonde New Horizons au cours desnull

Voilà 114 ans, presque jour pour jour, que William Tombaugh, le découvreur de Pluton, voyait le jour du côté de l'Illinois (États-Unis). Sur la planète naineplanète naine, une région glacée en forme de cœur a été baptisée en son honneur. Et des chercheurs de la Nasa (États-Unis) montrent aujourd'hui que la célèbre région Tombaugh est à l'origine des ventsvents uniques qui soufflent sur PlutonPluton.

Rappelons que l'azote gazeux est le principal constituant de la fine atmosphèreatmosphère de la planète naine. Le fameux cœur que la mission New HorizonsNew Horizons (NasaNasa) a dévoilé à la surface de la planète naine en 2015 est, quant à lui, constitué d'une couche de plusieurs kilomètres d'épaisseur d'azoteazote gelé. Durant la journée, cet azote se réchauffe et se transforme en gazgaz. La nuit, ce gaz se condense et redevient de l'azote gelé. À l'image d'un « cœur battant », pompant les vents d'azote qui soufflent sur Pluton.

Des vents qui soufflent à l’opposé du sens de rotation

Les travaux des chercheurs montrent aujourd'hui que ces battements poussent l'atmosphère de Pluton à généralement circuler dans la direction opposée à sa rotation. Un phénomène unique appelé rétrorotation. Ils montrent aussi que les vents qui soufflent sur la planète naine ont une influence sur son aspect. Car ce sont les vents qui balaient la surface et transportent de la chaleurchaleur, des grains de glace et des particules de brumebrume qui donnent naissance à des stries sombres et à des plaines dans les régions du nord et du nord-ouest de la plaine SpoutnikSpoutnik qui constitue le lobe gauche du cœur.

Le « cœur battant » de Pluton pourrait avoir « autant d'importance pour le climatclimat de Pluton que les océans en ont pour celui de la TerreTerre », conclut Tanguy Bertrand, astronomeastronome à la Nasa dans un communiqué de l’Union américaine de géophysique (AGU).