Peter Higgs contemplant le détecteur CMS au LHC. © Maximilien Brice/Cern

Sciences

Rumeurs d'observations du boson de Higgs au LHC !

ActualitéClassé sous :physique , boson de higgs , englert

-

Le 13 décembre 2011 se tiendra au Cern un séminaire où seront présentés les derniers résultats de la chasse au boson de Higgs activement menée au LHC. Si l'on sait déjà officiellement qu'il n'en sortira rien de définitif concernant l'existence ou la non-existence du célèbre boson, les rumeurs font état d'observations de cette particule à la fois par Atlas et CMS.

Stephen Hawking va-t-il perdre son pari ? C'est bien possible et nous le saurons probablement d'ici moins d'un an puisque le LHC va continuer à chasser le boson de Higgs-Brout-Englert pendant l'année 2012. En effet, les rumeurs circulant aujourd'hui dans la blogosphère des physiciens, colportées notamment par Tommaso Dorigo, font état de signaux que l'on peut interpréter comme les produits de désintégration du fameux boson. La « signifiance » de ces observations est de 3,5 sigma et 2,5 sigma, respectivement dans Atlas et CMS, les deux détecteurs géants du LHC.


Le plus grand projet scientifique jamais entrepris permettra-t-il de découvrir une particule imaginée par les scientifiques ? Cet accélérateur de particules révélera-t-il aux chercheurs le fameux boson de Higgs ? Permettra-t-il de résoudre les deux grandes énigmes de l'astrophysique : la matière noire et l'énergie sombre ? Vous voulez en savoir plus : www.dubigbangauvivant.com © ECP Productions/YouTube

En physique, un signal au-dessus d'un bruit de fond supérieur à 3 sigma est suffisant pour que l'on puisse parler d'observation mais pas encore de découverte. Il ne sera donc pas possible de crier victoire. Il est cependant remarquable que le Higgs pointe le bout de son nez dans deux détecteurs différents et que les mesures conduisent à des masses similaires, à savoir environ 125 GeV. Dans ces conditions, il devient difficile - mais pas impossible -, d'expliquer ces résultats par les seules fluctuations statistiques ou par un biais systématique dans la fabrication d'un détecteur.

Une preuve de la théorie M ?

Si la découverte devait finalement être validée, qu'en conclure ? Une masse de 125 GeV pourrait impliquer que la nature emploie effectivement la supersymétrie pour unifier les particules de matière et d'interactions. Selon certains, une telle valeur est même celle que l'on doit attendre dans le cadre de certaines formulations de la théorie des supercordes, plus précisément la théorie M.

Il est trop tôt pour s'emballer mais, tout de même, croisons les doigts pour que les années à venir révèlent que nous vivons bien dans un supermonde avec des dimensions spatiales supplémentaires. En tout état de cause, si le Higgs existe, Robert Brout est parti trop tôt...

Cela vous intéressera aussi