Les avions, ça fait du bruit. Beaucoup de bruit, notamment aux abords des aéroports. Mais des chercheurs américains avancent avoir mis au point des matériaux intelligents qui pourraient réduire ces nuisances sonores.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La Nasa prépare un avion supersonique et silencieux Les vols commerciaux supersoniques sont interdits au-dessus du territoire, notamment à cause dnull

Imaginez une tige métallique qui, par simple élévation de sa température, se transformerait en tire-bouchon. Pour qui n'a pas l'âme d'un scientifique, les matériaux à mémoire de forme ont un petit quelque chose de magique. Et pour les chercheurs, ils restent encore difficiles à apprivoiser. D'autant que la plupart des applicationsapplications envisagées se jouent dans des environnements particulièrement chauds.

Les ingénieurs travaillent, par exemple, à incorporer des matériaux à mémoire de forme dans les buses d'échappement centrales des avions. Objectif : en modifier la taille, selon que l'appareil se trouve en vol ou en phase d'atterrissage, permettant à la fois un fonctionnement plus efficace dans les airsairs et des conditions d'atterrissage plus silencieuses.

Reste aux chercheurs de l’université du Texas à comprendre le mécanisme qui permet aux alliages qu’ils fabriquent – grâce à un appareil de fusion à l’arc sous vide, ici en image – d’opérer à des températures si élevées. © Dharmesh Patel, Texas A&M, University College of Engineering

Reste aux chercheurs de l’université du Texas à comprendre le mécanisme qui permet aux alliages qu’ils fabriquent – grâce à un appareil de fusion à l’arc sous vide, ici en image – d’opérer à des températures si élevées. © Dharmesh Patel, Texas A&M, University College of Engineering

Des alliages à haute entropie

Malheureusement, les alliagesalliages à mémoire de forme les plus économiques perdent généralement leurs propriétés avant que les 400 °C ne soient atteints. Pour aller au-delà, il faut y ajouter de l'or ou du platineplatine et ils deviennent alors trop chers pour une utilisation « grand public ». Mais des chercheurs de l'université du Texas (États-Unis) ont peut-être trouvé la solution du côté des alliages à haute entropieentropie.

Ces alliages particuliers sont composés de quatre éléments, ou plus, présents en proportions à peu près égales. Et les chercheurs américains ont imaginé que ces éléments pourraient être ceux connus pour former des alliages à mémoire de forme tels que le nickelnickel, le titanetitane, le hafniumhafnium, le zirconiumzirconium ou le palladiumpalladium. Résultat : des matériaux intelligents dont les propriétés sont conservées, parfois même jusqu'à 700 °C.