Et voilà que la question existentielle nous convoque pour différencier l'artiste de l'intelligence artificielle ? Jusqu'à présent, la créativité était l'apanage de l'esprit — humain, devra-t-on désormais le préciser ? — et l'art, sous toutes ses formes ne pouvait se nourrir que de l'imaginaire. Il nous faut réévaluer à l'aune de cette formidable aptitude à produire à la demande et instantanément, la notion de création. Il reste cependant une dimension qui reste le propre de l'être humain. Ouf ! 


au sommaire


    The ConversationLes ordinateursordinateurs peuvent-ils être créatifs ? Alors que les outils d'intelligence artificielle (IAIA) générative tels que ChatGPT, Midjourney, Dall-E, pour ne citer qu'eux, font depuis peu beaucoup parler d'eux, de nouvelles questions se posent : la créativité est-elle l'apanage de l'être humain ?

    C'est la question que soulèvent quelques avancées récentes et remarquables dans le domaine de l'IA générative : par exemple, une œuvre d'art créée par une IA, Le portrait d'Edmond de Belamy, a été vendue aux enchères par la maison de vente Christie's en 2018 pour la somme de 432 500 dollars, soit presque 45 fois son estimation la plus élevée. Cette œuvre d'art a été créée par un réseau antagoniste génératif alimenté par un ensemble de données de quelque 15 000 portraits couvrant six siècles.

    De même, plusieurs producteurs de musique, à l'instar d'Alex Da Kid, nommé aux Grammy Awards, ont utilisé l'IA (en l'occurrence Watson d'IBMIBM, dès 2016) pour produire des « hits » et alimenter leur processus créatif. Wayne McGregor, chorégraphe et metteur en scène primé, utilise quant à lui l'IA pour faire naître de nouveaux mouvements dans ses créations.

    Dans les cas cités ci-dessus, il y a toujours un être humain à la barre, chargé de la curation, c'est-à-dire de la sélection des résultats de l'IA en fonction de sa propre vision, qui conserve ainsi la paternité de l'œuvre. Pourtant, le générateur d'images Dall-E, par exemple, est capable de produire des images inédites sur n'importe quel thème en seulement quelques secondes.

    Grâce au modèle de diffusion, qui consiste à rassembler d'énormes ensembles de données pour entraîner l'IA, celle-ci est désormais capable de transposer du texte en images inédites ou d'improviser une mélodie dans le stylestyle de n'importe quel compositeur, créant ainsi un nouveau contenu qui ressemble aux données d'entraînement, tout en étant différent.

    <em>Le portrait d’Edmond de Belamy</em>, une œuvre d’art créée par une IA, a été vendu aux enchères par la maison de vente Christie’s en 2018 pour la somme de 432 500 dollars. © Picryl
    Le portrait d’Edmond de Belamy, une œuvre d’art créée par une IA, a été vendu aux enchères par la maison de vente Christie’s en 2018 pour la somme de 432 500 dollars. © Picryl

    Les différentes formes de la créativité

    Dans ce cas, la question de la paternité peut s'avérer plus complexe. À qui l'œuvre est-elle attribuable ? À l'algorithme ? Aux milliers d'artistes dont les œuvres ont été récupérées pour produire l'image ? Au prompteur qui a réussi à décrire le style, la référence, le sujet, l'éclairage, le point de vue et même l'émotion suscitée ?

    Pour répondre à ces questions, il faut revenir sur une éternelle question : qu'est-ce que la créativité ?

    Selon Margaret Boden, professeure de recherche en sciences cognitivessciences cognitives à l'Université du Sussex, il existe trois types de créativité : la créativité combinatoire, exploratoire et transformationnelle. La créativité combinatoire associe des idées familières. La créativité exploratoire génère de nouvelles idées en explorant des « espaces conceptuels structurés », c'est-à-dire que l'on modifie légèrement un mode de pensée reconnu en explorant son contenu, ses limites et son potentiel. Ces deux types de créativité ne sont pas très éloignés de la production d'œuvres d'art par des algorithmes d'IA générative : on crée de nouvelles œuvres dans le même style que des millions d'autres à partir de données d'apprentissage, on parle alors de « créativité synthétique ».

    Voir aussi

    « Bien que n'étant pas vivant, je peux toujours créer de l'art » : un robot a pris la parole à la Chambre des lords

    La créativité transformationnelle, en revanche, consiste à générer des idées qui dépassent les structures et les styles existants pour en créer de nouveaux, tout à fait inédits. Elle est au cœur des débats actuels sur l'IA en ce qui concerne l'utilisation équitable et les droits d’auteur. Il s'agit d'un domaine juridique encore très peu exploré. Il faudra donc attendre la décision des tribunaux pour en savoir plus.

    Résultats prévisibles

    Les processus créatifs de l'IA se caractérisent avant tout par leur dimension systématique. Ils ne sont pas spontanés, contrairement aux processus créatifs de l'Homme. L'IA est programmée pour traiter les informations d'une manière bien définie dans le but d'obtenir des résultats particuliers de manière prévisible, même s'ils sont souvent inattendus.

    Voilà peut-être la différence fondamentale entre les artistes et l'IA : alors que les artistes sont tournés vers eux-mêmes et vers le produit, l'IA est très axée sur le consommateur et orientée par le marché - l'art que l'on obtient, c'est celui que l'on a demandé mais pas forcément celui dont on a besoin.

    Pour l'instant, il semblerait que l'IA générative fonctionne mieux lorsque l'humain intervient dans le processus. La créativité synthétique de l'IA pourrait alors servir de catalyseur pour stimuler la créativité humaine, en la nourrissant plutôt qu'en la supplantant.

    Comme souvent, tout le battage médiatique sur le potentiel disruptif de ces outils dépasse la réalité. De fait, l'histoire de l'art nous montre que la technologie a rarement écarté radicalement l'Homme des œuvres qu'il souhaitait réaliser.

    Prenons l'exemple de l'appareil photo. À l'époque, on craignait qu'il n'entraîne la disparition des peintres portraitistes. Dès lors, quelles sont les implications commerciales du recours à la créativité synthétique de l'IA ?

    L’art synthétique au service des entreprises

    La créativité synthétique à la demande, telle qu'elle est actuellement générée par l'IA, constitue sans conteste une aubaine pour les entreprises et le marketing. Voici quelques exemples récents :

    Publicité et IA : le groupe de communication Ogilvy Paris a utilisé Dall-E pour créer une version IA du tableau La laitière de Vermeer pour les yaourtsyaourts Nestlé ;

    Design de mobilier et IA : les designers Kartell, Philippe Starck et Autodesk ont recouru à l'IA pour créer la première chaise conçue à l'aide de l'IA pour une fabrication plus durable ;

    Stylisme et IA : le service de stylisme Stitch Fix a utilisé l'IA pour réaliser des visuels personnalisés de vêtements en fonction des préférences des clients, telles que la couleur, le tissu et le style.

    Il existe une infinité de possibilités d'utilisation, et celles-ci requièrent une autre forme de créativité : la curation. Il existe ce qu'on appelle dans le jargon des « hallucinationshallucinations de l'IA », c'est-à-dire des inepties créées par l'IA. C'est là que l'humain intervient : il doit donner du sens, c'est-à-dire exprimer des concepts, des idées et des vérités, et non se contenter de satisfaire les sens. Le travail de curation est donc indispensable car il consiste à opérer des choix et à élaborer une vision unifiée et attrayante. À l'heure actuelle, l'IA n'est pas encore capable de rivaliser avec l'humain sur cette dimension.