Le crâne d'un Homme moderne (à gauche), comparé à celui de l'Homme de Florès (à droite). La dimension de ce dernier est étonnamment petite. Pourtant, cet être fabriquait des outils et ses ancêtres directs, on vient de le comprendre, vivaient déjà il y a 700.000 ans. © Peter Brown

Sciences

L’homme de Flores n’était pas un Homo sapiens

ActualitéClassé sous :Homme , homo , Sapiens

-

La controverse rebondit sur l'identité de ces petits hommes qui vivaient il y a encore 18.000 ans sur l'île indonésienne de Florès. Étaient-ils des nains ou bien appartenaient-ils à une autre espèce ? Après avoir soigneusement étudié leurs poignets, une équipe américaine affirme que ces êtres minuscules ne sont que de lointains cousins.

En octobre 2004, la révélation de la découverte (en 2003) d'hommes nains, mesurant un mètre seulement, avait fait sensation et déclenché une bagarre scientifique. Les restes des sept individus ont d'abord créé la surprise à cause de leur toute petite taille et de la dimension réduite de leur boîte crânienne, d'un volume de 400 centimètres cubes, à peu près celui d'un chimpanzé. Plusieurs caractéristiques de la face et du crâne plaidaient pour une filiation avec Homo erectus, cousin ancien d'Homo sapiens (c'est-à-dire nous-mêmes), et du genre costaud (1,60 mètre de hauteur, ossature massive et crâne de plus 1.000 cm3), qui vivait entre -1,7 et -0,5 million d'années.

La plupart des chercheurs faisait d'Homo floresiensis — un nom de baptême indiquant le lieu de la découverte, l'île de Flores, ou Florès, en Indonésie — une nouvelle espèce humaine. Mais la datation, entre -12.000 et -95.000 ans, et plus précisément -18.000 ans pour un squelette presque complet d'une femme, semblait tout aussi étonnante. A cette époque, Homo sapiens s'était répandu à peu près partout sur la planète et on ne lui connaissait pas d'autres concurrents, le dernier en date, l'Homme de Néandertal, s'étant éteint depuis longtemps. Du coup, certains pensaient que ces petits êtres n'étaient qu'une poignée d'hommes atteints de microcéphalie ou de nanisme.

Schémas des poignets d'un Homme de Florès (à gauche) et d'un Homme moderne ou de Néandertal (à droite). © Science

Montre-moi ta main, je te dirai si tu es un Homme

La querelle qui s'en est suivie n'a pas toujours été de la meilleure tenue (deux camps fortement opposés se sont constitués, certains en accusant d'autres d'empêcher le libre accès aux pièces fossiles) et la question est restée ouverte.

Matthew Tocheri, du Museum d'histoire naturelle de Washington, vient de faire progresser sainement le débat en publiant dans Science une étude du poignet d'Homo floresiensis. Il s'est concentré sur trois os (le scaphoïde, le trapézoïde et le capitatum) et les a comparés à ceux de l'homme moderne, de l'Homme de Néandertal, de l'australopithèque, du gorille et du chimpanzé. Selon lui, ces os ne ressemblent pas du tout à ceux d'un homme atteint de nanisme. Au contraire, le trapèzoïde évoque bien plus celui des singes.

D'après Matthew Tocheri, le plus ancien ancêtre commun entre l'homme de Flores et Homo sapiens aurait vécu il y a plus de 800.000 ans, peut-être même 1,8 million d'année. Cet ancêtre commun devait donc vivre en Afrique puisque les hominidés ne l'avaient pas encore quittée...

Cela vous intéressera aussi