Notre Soleil a connu fin 2003 une intense période d'activité durant laquelle de très nombreuses éruptions ont été relevées.
Cela vous intéressera aussi

Sur TerreTerre, l'événement n'a eu que peu de conséquences, mis à part la défaillance de quelques satellites et de superbes aurores boréalesaurores boréales. Mais qu'en est-il ailleurs dans notre système solairesystème solaire ?

Certaines des éruptions de l'année dernière ont entraîné l'éjection de milliards de tonnes de gazgaz ionisés vers l'espace à des vitessesvitesses jamais enregistrées (plus de 8 millions de kilomètres par heure). Les ondes de choc qui en ont résulté ont ensuite fusionné pour former un unique front se propageant à plus de 2 millions de kilomètres par heure.

Grâce aux différentes sondes réparties dans notre système solaire, les astronomesastronomes ont actuellement une occasion unique de suivre la propagation de cette vaguevague d'ondes. Le satellite Mars OdysseyMars Odyssey a ainsi pu mesurer l'impact des éruptions solaireséruptions solaires sur Mars où elles auraient réussi à "souffler" un peu de l'atmosphèreatmosphère. Un phénomène qui, répété, pourrait avoir petit à petit asséché la planète rouge par le passé. D'autres engins, comme UlyssesUlysses au large de JupiterJupiter et Cassini près de SaturneSaturne, ont eux aussi détecté ces tempêtestempêtes. Même la sonde Voyager 2Voyager 2, située à plus de 11 milliards de kilomètres, a signalé l'événement. A la fin du mois, le front devrait atteindre Voyager 1 puis, d'ici le début 2005, les limites de l'héliosphèrehéliosphère, dont la surface marque la frontière avec le milieu interstellaire.