Cet assemblage de 52 photographies révèle la beauté des nuages de gaz et de poussières illuminés par de jeunes étoiles dans la région d'Ophiucus, à proximité de la Voie lactée. Crédit Rogelio Bernal Andreo

Sciences

Les superbes couleurs de Rho Ophiuchi, une pouponnière stellaire

ActualitéClassé sous :Astronomie , voie lactée , Astrophotographe

A un peu plus de 400 années-lumière, dans la constellation d'Ophiuchus, la quadruple étoile Rho Ophiuchi illumine des nuages de gaz et de poussières où naissent de nouveaux soleils, peut-être accompagnés de systèmes planétaires. Les astronomes sont sous le charme.

L'œil est un merveilleux récepteur mais ses limites sont parfois frustrantes. En vision nocturne, quand la lumière est trop faible, ce sont les bâtonnets placés en périphérie de notre œil qui entrent en action : à la différence des cônes qui perçoivent la couleur, les bâtonnets, beaucoup plus sensibles, fournissent une image noir et blanc. Une vision bien terne qui laisse les astronomes sur leur faim quand il s'agit d'admirer la profusion de couleurs qu'offrent certaines régions célestes.

Dans la constellation d'Ophiuchus, à proximité de la Voie lactée, la partie centrale de notre galaxie, il semble qu'un peintre nous a laissé l'une des plus belles toiles célestes. Ce que notre œil ne nous permet pas d'admirer directement, les capteurs photographiques le restituent avec un luxe de nuances. La quadruple étoile Rho Ophiuchi se trouve au sein d'un vaste nuage d'hydrogène et de poussière qu'elle illumine en produisant des émissions dans le visible et l'infrarouge. Le télescope spatial Spitzer a découvert que près de 300 autres jeunes soleils (dont l'âge moyen est estimé à 300.000 ans seulement) participaient à cette féérie colorée.

Observé en infrarouge par le télescope spatial Spitzer, le complexe nébuleux de Rho Ophiuchi révèle les régions poussiéreuses chauffées par de jeunes étoiles. Crédit Nasa/JPL-Caltech

52 images assemblées pour un tableau de maître

Pour restituer visuellement la magie colorée de cette portion de ciel, les astronomes n'hésitent pas à déployer les grands moyens. L'astrophotographe Rogelio Bernal Andreo s'est fait une spécialité de ces grandes fresques célestes. Pour réaliser l'image montrée au bas de l'article, il a pris puis assemblé 52 photographies du ciel obtenues avec une lunette de 102 millimètres de diamètre. L'ensemble représente plus de 48 heures de poses au total réparties sur 12 nuits d'observations depuis différents sites de la côte ouest-américaine, dans les montagnes au sud de San Francisco.

R. B. Andreo a volontairement choisi un cadrage inhabituel. D'habitude les astronomes préfèrent centrer leur image sur la Voie lactée pour en montrer toute la richesse. C'est ainsi que Stéphane Guisard avait réalisé une extraordinaire image depuis le volcan Chimborazo, dans la Cordillère des Andes. Rogelio Bernal Andreo a préféré laisser la Voie lactée légèrement de côté ; on peut y voir quand même quelques célèbres nébuleuses comme M 8 et M 20, ainsi que les nuages de poussières sombres qui masquent les étoiles. L'astrophotographe a mis en valeur une région périphérique, là où siègent les constellations du Scorpion et d'Ophiuchus, riche en nébulosités multicolores.

Cela vous intéressera aussi