Le rapprochement entre le fin croissant lunaire et l'amas d'étoiles des Pléiades les 16 et 17 avril sera de toute beauté. Suivez nos conseils pour ne rien rater !

Cela vous intéressera aussi

Certaines rencontres célestes (que nos éphémérides présentent chaque mois) ont une saveur particulière, par l'émotion qu'elles suscitent. Sans égaler une éclipse totaleéclipse totale de SoleilSoleil ou un transittransit de VénusVénus, un rapprochement Lune-Pléiades mérite d'être observé.

Tout d'abord présentons les deux protagonistes de la soirée. La LuneLune, seul satellite naturel de notre planète, se situe à un peu moins de 400.000 kilomètres de nous en moyenne. La Nouvelle LuneNouvelle Lune se sera produite 3 jours plus tôt, ce qui signifie que les soirs du 16 et 17 avril, nous aurons droit au spectacle d'un fin croissant accompagné d'une belle lumière cendrée.

Parlons des PléiadesPléiades maintenant. A 400 années-lumièreannées-lumière, cet amas de jeunes étoilesétoiles situé dans la constellation du Taureauconstellation du Taureau est connu depuis l'Antiquité. Il porteporte le numéro 45 dans le célèbre catalogue Messier. Ses sept étoiles les plus brillantes, les Sept Sœurs, sont bien visibles à l'œilœil nu sous un ciel préservé de la pollution lumineusepollution lumineuse. Mais l'amas compte en réalité plus de 1.400 étoiles, dont certaines abritent des planètes en formation.

Le spectacle de la lumière cendrée accompagne le fin croissant lunaire 2 ou 3 jours avant et après la Nouvelle Lune. Crédit J.-B. Feldmann
Le spectacle de la lumière cendrée accompagne le fin croissant lunaire 2 ou 3 jours avant et après la Nouvelle Lune. Crédit J.-B. Feldmann

Un spectacle à savourer

Les rapprochements apparents entre la Lune et les Pléiades ne sont pas rares. Comme les planètes du Système solaireSystème solaire, notre satellite naturel se meut dans une large bandelarge bande du ciel, l'écliptiqueécliptique, ce qui l'amène régulièrement à frôler les Sept Sœurs, et parfois même à les occulter. Mais très souvent la Lune est trop lumineuse pour nous permettre de profiter du spectacle : du Premier au Dernier Quartier, et encore plus quand elle est pleine, la Lune, véritable lampadaire, empêche de voir les étoiles autour d'elle. La configuration céleste des 16 et 17 avril se présente donc sous les meilleurs auspices, la faible luminositéluminosité du fin croissant ne venant pas ternir l'éclat des Pléiades. CeriseCerise sur le gâteau, la brillante Vénus complètera le tableau, après avoir accompagné la course de Mercure pendant quelques soirs.

Postez-vous loin des lumières de la ville, à la nuit tombante, et recherchez ce spectacle au-dessus de l'horizon ouest. Une paire de jumelles vous permettra de détailler les reliefs lunaires et de compter plusieurs dizaines d'étoiles dans les Pléiades. Muni d'un appareil photo numériquenumérique sur pied, effectuez des poses de 2 à 10 secondes avec différentes focales, en ayant pris soin de régler la mise au point sur l'infini. Et surtout, n'oubliez pas de nous faire profiter de vos plus belles images en les postant sur le forum d'astronomie !