Sciences

En image : le spectacle céleste du 27 mars

ActualitéClassé sous :Astronomie , spectacle céleste , croissant lunaire

Le croissant lunaire, l'amas d'étoiles des Pléiades, Vénus et Jupiter : le ciel était en fête hier soir. Retour en images pour ceux qui ont oublié de mettre le nez dehors.

La Terre et le Ciel depuis la Bourgogne. L'étoile à gauche de la Lune est Aldébaran, la plus brillante de la constellation du Taureau. Les Pléiades, Vénus et Jupiter (de haut en bas) complètent la scène. © J.-B. Feldmann

Depuis plusieurs semaines, les astrophotographes se régalent au crépuscule avec un festival planétaire de toute beauté. Si vous n'avez pas suivi l'actualité astronomique de ce début d'année ou que vous n'êtes pas un familier de nos éphémérides, une petite explication s'impose. 

Tout a commencé au mois de février quand Jupiter et Vénus ont entamé une danse céleste le soir au-dessus de l'horizon ouest. La plus grosse planète du Système solaire (Jupiter) n'a cessé de se diriger vers le couchant tandis que l'éclatante Vénus remontait au contraire le long de l'écliptique, cette bande de ciel où circulent le Soleil, la Lune et les planètes. Les deux astres se sont donc croisés le 13 mars dernier au cours d'une conjonction immortalisée depuis les quatre coins de la Planète (Jupiter et Vénus n'étaient alors séparés que de 3 degrés, six fois la taille de la Pleine Lune).

Il ne fait pas encore complètement nuit au-dessus de l'église de Layrac dans le Lot-et-Garonne mais le croissant lunaire, Vénus et Jupiter sont bien installés. © Emmanuel Lafont

Puis l'écart (vu depuis la Terre) entre les deux planètes a recommencé à se creuser et Vénus atteignait hier soir sa plus grande distance apparente au Soleil (on parle d'élongation). C'est le moment qu'avait choisi le croissant lunaire pour s'inviter, quelques jours après la Nouvelle Lune.

Notre satellite ne faisait que passer, puisqu'il va continuer à prendre de l'embonpoint tout en escaladant la voûte céleste, mais il avait eu la bonne idée de se parer d'une jolie lumière cendrée, une faible lueur produite par le clair de Terre et qui éclaire le reste du disque lunaire.

Pari réussi pour David Tollemer qui depuis Limay (78) réalisait hier soir sa première photographie astronomique. Un peu de brume auréole la Lune et Vénus. © David Tollemer

Un spectacle qui va se poursuivre

Les plus observateurs qui avaient pris l'air hier soir ont sans doute remarqué que le croissant lunaire se trouvait à proximité d'un petit groupe d'étoiles. Il s'agit du célèbre amas des Pléiades, Messier 45, que le poète grec Homère évoquait déjà dans ses écrits 750 ans avant notre ère. Chacun de nous se trouvait face à un petit coin de ciel où les astres semblaient s'être donnés rendez-vous, un simple effet de perspective si l'on en juge par leurs véritables distances : la Lune se situait à moins de 400.000 kilomètres, Vénus à plus de 100 millions et Jupiter était huit fois plus loin. Quant aux Pléiades, ce sont 400 années-lumière qui nous en séparent.

Il faisait nuit sur l'île de Saint-Barthélemy aux Antilles françaises quand cette image a été réalisée. Jupiter est couché et Vénus passe dans les arbres sous l'amas des Pléiades. © Jordan Blanchard

Les astrophotographes de notre forum d'astronomie ont profité d'une nouvelle belle soirée pour immortaliser ce spectacle ; vous pourrez retrouver leurs images dans cette discussion. Ils ne vont sans doute pas ranger leurs boîtiers tout de suite puisque l'étincelante Vénus va passer devant l'amas des Pléiades pendant les premiers jours du mois d'avril. Ensuite cette planète semblera lentement redescendre sur l'horizon et nous la perdrons de vue dans quelques semaines. Mais cette disparition ne sera que provisoire puisque Vénus nous offrira un retour spectaculaire le 6 juin prochain au cours d'un transit devant le Soleil.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi