Sciences

Corot-Exo-1b aide à comprendre la migration des exoplanètes gazeuses

ActualitéClassé sous :Astronomie , HAT-P-7b , COROT-Exo-1b

L'exoplanète géante Corot-Exo-1b tourne dans un plan orbital vraiment très incliné. Cette nouvelle observation donne plus de poids à la théorie expliquant la migration des exoplanètes géantes par des interactions entre planètes plutôt qu'avec le disque protoplanétaire interne.

Une vue d'artiste du satellite Corot. Crédit : Cnes/D.Ducros

On se souvient de la surprise qu'a représenté la découverte des Jupiter chauds dans la seconde moitié des années 1990. Alors que les modèles numériques de naissance de systèmes planétaires prédisaient la formation des planètes gazeuses à de grandes distances des étoiles, en conformité avec les observations de notre propre système solaire, la majeure partie des exoplanètes détectées orbitaient à des distances inférieures à celle de la planète Mercure.

Les théoriciens se sont donc mis au travail et ont proposé de possibles mécanismes de migration des géantes gazeuses en direction de leurs étoiles hôtes. L'une des idées les plus en vogue faisait intervenir une interaction entre le disque protoplanétaire interne et les géantes qui seraient au final plus attirées en direction de l'étoile centrale que par la partie externe du disque.

Des planètes qui interagissent entre elles avant de trouver leur place

Ce modèle de migration serait parfaitement recevable si l'on n'avait pas découvert que plus de 25% des exoplanètes connues présentent des orbites inclinées à plus de 30° par rapport au plan perpendiculaire à l'axe de rotation de l'étoile centrale. L'orbite de la Terre, qui possède le plan orbital le plus incliné du système solaire, ne l'est que de 7,1°. Or le modèle dominant expliquant la migration des géantes semble imposer une faible inclinaison de leurs orbites.

La situation est peut-être même pire car ce pourrait bien être 50% des exoplanètes gazeuses qui possèdent un plan orbital fortement incliné, comme dans l'exemple de HAT-P-7b. Il faut donc faire intervenir d'autres mécanismes de migration et l'un d'entre eux repose sur des interactions gravitationnelles entre des planètes lors de rencontres rapprochées.

Comme il l'explique dans un article court publié dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, un groupe d'astronomes, dont plusieurs sont français, pense que l'observation d'une inclinaison de près de 77° pour l'exoplanète géante Corot-Exo-1b contribue à faire pencher la balance en direction du mécanisme d'interaction gravitationnelle entre planètes, et pas entre planètes et disque, pour expliquer la migration des planètes géantes.

Comme son nom l'indique, Corot-Exo-1b a été découverte par le satellite Corot. Mais l'inclinaison orbitale de cette exoplanète, dont la masse est de l'ordre de celle de Jupiter et tournant sur une orbite circulaire d'une période de seulement 1,5 jour, a été mesurée grâce au spectre de son étoile étudié à l'aide des instruments du télescope Keck, à Hawaï.

Cela vous intéressera aussi