Sciences

2008 KV42, l'astéroïde qui tourne à l'envers

ActualitéClassé sous :Astronomie , Brett Gladman , 2008 KV42

Une équipe internationale d'astronomes a découvert un nouvel objet transneptunien dont la principale caractéristique est de parcourir une orbite rétrograde autour du Soleil.

Représentation spatiale du nuage d’Oort. En médaillon, la Ceinture de Kuiper. Crédit Nasa

Baptisé 2008 KV42, ce petit corps orbitant au-delà de Neptune dans le sens opposé à toutes les planètes, pourrait représenter le chaînon manquant entre les occupants du mystérieux nuage de Oort, aux confins du système solaire, et certaines comètes à l'orbite rétrograde. La plus célèbre d'entre elles est la comète de Halley. Mais aucune planète ni aucun planétoïde ou astéroïde ne semblait effectuer le tour du monde solaire à l'envers, jusqu'à la découverte de 2008 KV42 par une équipe d'astronomes, dans le cadre du programme CFEPS (Canada-France Ecliptic Plane Survey).

J.J. Kavelaars, du Conseil national de recherches (Canada), annonce que plusieurs modèles de la formation de notre Système solaire laissaient envisager de tels objets, mais cela restait à confirmer. Il s'enthousiasme en déclarant : « Depuis un certain temps, nous cherchions des objets transneptuniens à forte inclinaison, mais nous ne nous attendions pas à en découvrir un avec une orbite rétrograde ».

Histoire d'une découverte

La première observation de 2008 KV42 a été effectuée au moyen du télescope Canada-France-Hawaï (installé à Hawaï) le 31 mai 2008 alors que l'objet se trouvait à 42° au-dessus du plan de l'écliptique et à une distance de 32 UA. Plusieurs observations ont été ensuite effectuées à titre de confirmation, notamment par le MMT (Multi-Mirror Telescope) en Arizona, l'observatoire interaméricain de Cerro Tololo (CTIO) de 4 mètres au Chili et le télescope canadien Gemini Sud, également au Chili.

Selon ces observations, le demi-grand axe de l'orbite équivaut à 46 UA (+/- 5), son périhélie se situant approximativement au niveau de l'orbite d'Uranus. L'inclinaison orbitale est de 104° sur la plan de l'écliptique (supérieure à 90°, elle devient rétrograde). Enfin, le diamètre de 2008 KV42 est actuellement évalué à environ 50 km.

L'orbite de 2008 KV42 (rouge) comparée à celle de Pluton (vert), Neptune (bleu foncé) et de certains objets de la Ceinture de Kuiper (bleu clair). Crédit CFEPS

« Un accès très rapide aux télescopes MMT et Gemini Sud, grâce à l'appui généreux d'observateurs au MMT et du directeur canadien de Gemini Sud, Jean-René Roy, a été très important. À cause de son orbite inusitée, l'objet aurait été perdu sans la contribution cruciale de ces grands télescopes », confie Brett Gladman, professeur d'astronomie et titulaire d'une chaire de recherche à l'Université de Colombie-Britannique (Canada), dont le rapport est à paraître dans Astrophysical Journal.

Objectif : comprendre le Système solaire

Le projet CFEPS s'est donné la tâche de repérer des objets transneptuniens (TNO) sur des orbites fortement inclinées afin de mieux cerner les processus de formation du Système solaire. La plupart de ceux découverts jusqu'ici présentent une inclinaison de moins de 20° (17° pour Pluton). A l'inclinomètre, le champion était jusqu'ici 2002 XU93, avec 77°. Il est largement battu par les 104° de 2008 KV42, qui constituent peut-être un héritage de son lieu d'origine, instructif pour les astronomes.

La très grande majorité des comètes observées proviennent de la ceinture de Kuiper, une zone parcourue de résidus de la formation de notre Système solaire qui prend naissance au-delà de l'orbite de Neptune et s'étend à environ 500 UA. Mais la production d'objets tels que 2008 KV42 par l'intermédiaire d'interactions orbitales dans Kuiper semble extrêmement improbable, et on en attribue plus volontiers l'origine à une autre zone, le nuage d'Oort, bien plus vaste mais aussi beaucoup plus lointaine, qui s'étend entre 40.000 et 100.000 UA du Soleil. 2008 KV42 serait dans cette hypothèse un objet de transition entre cette région lointaine, ainsi que vraisemblablement les comètes à longue période ou rétrogrades telles Halley.

A l'avenir, le repérage de plusieurs de ces objets atypiques pourra conduire à la localisation plus précise de leur source, permettant d'étendre considérablement - au sens propre comme au sens figuré - nos connaissances du Système solaire et de sa formation.

Cela vous intéressera aussi