Photographié en haute résolution par l'orbiteur MRO, le fond du cratère martien Ptolémée révèle des irrégularités que des passionnés d'astronautique russes ont associées avec les restes de la mission soviétique Mars 3, qui posa pour la première fois un engin terrestre sur la Planète rouge en 1971. © Nasa, JPL-Caltech, université d’Arizona

Sciences

A-t-on retrouvé les restes de la sonde Mars 3 ?

ActualitéClassé sous :Astronautique , mars , mission sur Mars

La sonde soviétique Mars 3 est peut-être encore visible depuis l'orbite martienne, 42 ans après son atterrissage sur la Planète rouge. C'est en tout cas ce que pensent des passionnés d'astronautique russes qui ont épluché les images prises par l'orbiteur MRO.

  • Découvrez la planète Mars en image 

À la fin des années 1960, l'Amérique a relevé la tête dans la course à l'espace en faisant atterrir les premiers Hommes sur la Lune, occultant ainsi la performance de Youri Gagarine huit ans plus tôt. L'Union soviétique était alors bien décidée à reprendre l'initiative, et concentra ses efforts sur l'exploration des planètes Mars et Vénus. Ainsi, le 28 mai 1971 est lancée depuis Baïkonour la sonde Mars 3, composée d'un orbiteur et d'un atterrisseur. Largué le 2 décembre suivant, ce dernier devient le premier engin terrestre à se poser en douceur sur la Planète rouge. La joie des scientifiques et des dirigeants soviétiques sera pourtant de courte durée, l'atterrisseur cessant d'émettre 15 secondes seulement après avoir touché le sol et transmis une soixantaine d'images des alentours.

Pendant quatre décennies, les rovers terrestres n'ont cessé d'explorer la planète Mars, devenue le plus grand cimetière d'engins spatiaux. Les sondes en orbite ont permis de localiser plusieurs de ces vestiges, comme le robot Spirit et la sonde Phoenix, mais également les rovers actuellement au travail, Opportunity et Curiosity. Des performances à mettre sur le compte de Mars Reconnaissance Orbiter, dont la caméra Hirise (High Resolution Imaging Science Experiment), dotée d'un télescope de 50 centimètres de diamètre, fournit des images avec une résolution qui peut aller jusqu'à 0,3 mètre par pixel.

Depuis son orbite, MRO a déjà photographié plusieurs rovers à la surface de la Planète rouge. Ici, Opportunity (indiqué par une flèche) en septembre 2011, alors qu'il se trouvait à proximité du petit cratère Odyssey, d’une vingtaine de mètres de diamètre. © Nasa, JPL-Caltech, université d’Arizona

Mars 3, sonde oubliée 42 ans dans la poussière martienne

C'est maintenant peut-être au tour de la sonde Mars 3 de sortir de l'oubli. Un communiqué de la Nasa rapporte que les membres d'un forum russe consacré au robot Curiosity, et animé par Vitali Egorov depuis Saint-Pétersbourg, se sont penchés sur des images en haute résolution du cratère martien Ptolémée. Ce cratère fut le point d'atterrissage présumé de la sonde soviétique, par 45° S et 158° O, voilà 42 ans sur la Planète rouge.

Sur une image acquise par MRO lors d'un survol effectué en novembre 2007, ces passionnés ont effectivement découvert plusieurs taches claires qui pourraient être des restes de la mission : l'atterrisseur, son bouclier thermique, son parachute et ses rétrofusées. L'image en question comporte près de deux milliards de pixels, ce qui explique que cinq années aient été nécessaires pour débusquer des fragments de la mission Mars 3.

Pour Alfred McEwen, chercheur à l'université d’Arizona, la coïncidence entre les vestiges retrouvés et le déroulement supposé de la mission russe semble parfaite, mais il faudra de nouvelles images pour confirmer que les points brillants au fond du cratère Ptolémée sont bien les restes du premier atterrissage d'un engin sur Mars, et pas de simples rochers.

Cela vous intéressera aussi