Sciences

Mais que nous dit Phobos-Grunt ?

ActualitéClassé sous :Astronautique , Phobos-Grunt , esa

Après l'Esa, une station russe a contacté la sonde Phobos-Grunt et en a reçu des informations de télémétrie. La situation à bord « n'est pas claire », rapporte une agence de presse russe, tandis qu'un général à la retraite évoque la culpabilité possible de Haarp, un réseau de puissantes antennes américaines.

L'ambitieuse mission russo-chinoise de rejoindre Phobos, satellite de Mars, et d'en rapporter des échantillons n'aura pas dépassé l'orbite terrestre. © Roscosmos

Mais que se passe-t-il à bord de Phobos-Grunt ? D'après un communiqué de l'agence de presse russe Ria Novosti, les contacts radio réussis par l’Esa ne sont pas exploitables car les données de télémétrie (le signal reçu qui informe sur l'état de l'engin spatial) ne sont pas « déchiffrables ». En revanche, les signaux que vient de recevoir la station russe de Baïkonour, eux, le sont davantage mais n'ont pas permis de déterminer « la raison du comportement erratique de la sonde ».

Un général russe à la retraite croit tenir une explication possible. Nikolai Rodionov a expliqué à l'agence Interfax que la sonde était peut-être passée au mauvais moment à la verticale de l'Alaska, là où est installé le réseau de 180 antennes de Haarp (High Frequency Active Auroral Research Program). Géré par l'armée, cette station envoie de puissantes radiations vers l'ionosphère, cette couche à très haute altitude (jusqu'à 100 km), déterminante pour les radiocommunications.

Phobos-Grunt est perdue

Les objectifs et les conséquences de l'activité de Haarp débrident les imaginations, la rendant coupable de changements climatiques voire de tremblements de terre. Rien ne vient étayer l'hypothèse du général russe, plutôt surprenante, d'ailleurs, pour un engin spatial conçu pour un séjour de plusieurs mois dans l'espace et donc à une exposition continue aux puissantes radiations solaires (dont le champ magnétique terrestre et l'atmosphère nous protègent).

Quoi qu'il en soit, la mission semble bien définitivement perdue. Même si le contrôle de la sonde était récupéré dans les heures à venir, le trajet vers Mars ne serait plus guère possible, les lois de la mécanique céleste allongeant démesurément le trajet... L'agence Roscosmos se contente d'expliquer qu'elle tentera de garder le contact avec Phobos-Grunt jusqu'à son retour dans l'atmosphère, prévu, coïncidence, au mois de... mars.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi