SpaceX (Space Exploration Technologies Corporation) a décidé de reporter de plusieurs semaines le lancement de sa fusée Falcon-1 et de sa charge utile, le satellite FalconSat-2. Ce report s'explique par un besoin de vérification de nombreux systèmes du lanceur.
Cela vous intéressera aussi

Le lanceurlanceur sera retiré de son pas de tir de l'atollatoll de Kwajalein (Îles Marshall). Ces reports successifs, depuis septembre 2005, date initiale du lancement, s'expliquent par le manque de fiabilité de certains des éléments du lanceur qui contraignent les responsables du programme à ne pas prendre de risque trop élevé.

FalconSat-2

Ce milsat de l'US AirAir Force et de la DARPA étudiera le plasma qui entoure la TerreTerre, un phénomène qui peut affecter gravement les communications spatiales entre l'espace et la Terre. On pense aux satcoms militaires et civils mais également aux satellites de positionnement (GPSGPS).

FalconSat-2 doit notamment mesurer les effets de ce plasmaplasma sur les satellites de positionnement de la constellationconstellation américaine GPS. Bien que ce système soit ouvert et librement utilisable, il s'agit avant tout d'un système militaire et l'on comprend mieux l'intérêt de l'US Air Force à s'assurer du bon fonctionnement de sa constellation.

Falcon I

Développé sous fonds privés, ce lanceur d'une vingtaine de mètres se compose de deux étages et certains composants du premier étage sont réutilisables. Il vise l'orbiteorbite basse terrestre et sera capable de placer des charges utiles de quelque 570 kgkg.

Avec ce petit lanceurpetit lanceur, la firme américaine souhaite s'octroyer des contrats gouvernementaux US (civils et militaires). A 6,7 millions de dollars le lancement, SpaceXSpaceX se positionne sur le marché US comme le lanceur le moins onéreux, jusqu'à 80 % moins cher que la fusée PegasusPegasus d'Orbital Sciences Corp.

SpaceX travaille également au développement de Falcon V, un lanceur plus puissant à trois étages qui utiliserait les deux étages de Falcon I. Ce lanceur serait capable de placer jusqu'à 2000 kg sur une orbite de transfertorbite de transfert géostationnaire et 6000 kg sur une orbite basse.