Sciences

Des amateurs veulent lancer un homme dans une fusée miniature

ActualitéClassé sous :Astronautique , Copenhagen Suborbitals , fusée

Avec des moyens dérisoires, deux Danois, réunis dans l'association ambitieusement nommée Copenhagen Suborbitals, prétendent préparer une fusée habitée capable d'atteindre l'espace. Nombre de passagers : 1. Nombre de sièges : 0. Membres d'équipage : 0. Décollage prévu du prototype (inhabité) : dans quelques jours.

Un mannequin installé dans la capsule Tycho Brahe-1, qui prendra place au sommet de la fusée Heat-1X . L'endroit est étroit mais la vue imprenable. © Copenhagen Suborbitals

Des amateurs parviennent à peu de frais à envoyer des fusées miniatures jusqu'à des altitudes très estimables. L'activité porte même un nom : l'astromodélisme. Alors pourquoi ne pas réaliser un modèle juste un peu plus gros dans lequel un homme pourrait prendre place ?
Kristian von Bengtson et Peter Madsen, deux Danois, y croient et ils l'ont fait au sein de l'association Copenhagen Suborbitals.

Avec ses dix mètres de hauteur et ses 65 centimètres de diamètre, l'engin présenté reste modeste. Mais Heat-1X (Hybrid Exo Atmospheric Transporter) peut malgré tout emporter une capsule habitée, baptisée sans complexe Tycho Brahe-1, du nom, bien sûr, de l'illustre astronome danois du 16e siècle, mort en 1601, excellent observateur, inventeur d'instruments de haute précision et protecteur du génial Johannes Kepler.

La fusée Heat-1X n'est pas large (65 centimètres) mais on peut s'y tenir debout. Elle porte à son sommet une capsule cylindrique, Tycho Brahe-1, munie d'une coiffe en matière plastique transparente. © Copenhagen Suborbitals

Pas de place assise

Avec une soixantaine de centimètres de diamètre, Tycho Brahe-1 prend la forme d'un obus et le valeureux passager s'y glissera debout, les jambes seulement légèrement pliées. Au sommet de son projectile, il jouira d'une vue magnifique à travers un demi-globe transparent.
Les deux concepteurs veulent faire atteindre 120 kilomètres d'altitude à cet engin et proposer ainsi un vol suborbital, avec quelques minutes de gravité zéro puis descente sous parachute, à de courageux adeptes du tourisme spatial. Leur fusée miniature serait alors un concurrent bien moins cher de projets plus avancés et plus confortables proposés par de grandes structures, notamment Virgin Galactic et son SpaceShip.

La fusée Heat-1X est propulsée par un moteur hybride, c'est-à-dire à ergols liquide et solide. Le comburant est le LOX, de l'oxygène liquide. Le carburant est solide (apparemment différents produits ont été testés). Le moteur doit fonctionner 40 secondes. La fusée s'inscrit ensuite sur une trajectoire balistique et finit son voyage sous un parachute. © Copenhagen Suborbitals

L'engin existe et a déjà effectué des tests sur banc. Peter Madsen et Kristian von Bengtson promettent un lancement imminent, « entre le 30 août et le 17 septembre ». A bord de ce premier vol, le passager sera un mannequin et la fusée ne devrait atteindre que 30 kilomètres d'altitude. Ce n'est pas encore l'espace, seulement la stratosphère, mais la performance serait tout de même étonnante pour un lanceur réalisé par une association à but non lucratif.

L'essai permettra de vérifier la stabilité de l'engin et les efforts encaissés par le mannequin. En principe, le passager (qui ne pilote rien) subira des effets d'accélération allant jusqu'à 3 G (il pèsera alors trois fois son poids), restant en dessous ce que supportent les astronautes, les pilotes de chasse et les amateurs de voltige aérienne. Mais eux sont assis ou couchés, ce qui permet au corps de mieux supporter l'effort.

Si tout se passe bien, la capsule monoplace Tycho Brahe-1 pourra de nouveau être installée sur un autre Heat-1X. Peter Madsen est volontaire pour ce premier vol.

Cela vous intéressera aussi