Des chercheurs ont retrouvé l’endroit où il a fait le plus chaud à la surface de la Terre. À l’origine, un astéroïde. Semblable évènement s’est produit des milliers de fois sur la Planète il y a quatre milliards d’années. Avec quelles conséquences ?
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Astéroïdes : pourquoi leur explosion ne suffirait pas à sauver la Terre On a déjà vu, dans plusieurs films, des scientifiques faire exploser un géocroiseur pour évitenull

Quelle a été la température la plus élevée jamais enregistrée à la surface de la TerreTerre ? Une équipe de chercheurs des universités de l'Ouest à Londres (Ontario) et Curtin à Perth (Australie) ont trouvé une réponse : au moins 2.370 °C, soit presque la moitié de la température qui règne à la surface du SoleilSoleil !

Voir aussi

Disparition des dinosaures : l'astéroïde aurait plongé la Terre dans la nuit durant 2 ans

Mais où a-t-il fait si chaud ? C'était dans le nord-ouest du Canada, dans la région du Labrador, lors de l'impact d'un astéroïde il y a environ 36 millions d'années. La trace de cet évènement qui, à l'époque, a eu des conséquences planétaires durant plusieurs décennies, est encore visible : un cratère de quelque 28 km de diamètre -- le cratère Mistastin -- dont le centre est aujourd'hui occupé par le lac du même nom de 16 km où surnage une petite île (créée par le rebond après l'impact).

Vue aérienne du lac Mistastin (16 km de diamètre). © Google Maps

Vue aérienne du lac Mistastin (16 km de diamètre). © Google Maps

La zircone cubique, un enregistreur des températures élevées

Pour obtenir ce résultat, l'équipe emmenée par Nicholas Timms s'est intéressée aux minérauxminéraux trouvés sur les parois du cratère (leurs présences sont autant d'indices d'un impact), et notamment à la zirconezircone, plus précisément l'oxyde de zirconiumzirconium (ZrO2). Selon les auteurs, preuve est faite que cette zircone fut présente sous une forme cristallineforme cristalline cubique. Or, celle-ci implique une température minimale de 2.370 °C.

Comme l'explique l'auteur principal de l'étude, publiée dans Earth and Planetary Science Letters, interrogé par New Scientist : « personne auparavant n'avait même envisagé d'utiliser la zircone comme enregistreur des températures des fontesfontes d'impact. C'est la première fois que nous avons une indication que de véritables roches peuvent être aussi chaudes ».

Voir aussi

Astéroïdes : un risque accru de collision avec la Terre ?

Au-delà du record « de la température la plus élevée enregistrée dans la croûte terrestrecroûte terrestre », ces recherches montrent combien une région peut devenir en enfer immédiatement après l'impact d'un corps céleste. Mais, comme le soulèvent les auteurs, paradoxalement, la vie sur cette planète doit peut-être beaucoup à ces cataclysmes. Celui de Mistastin, assez récent et modéré, était plutôt isolé mais il y a quatre milliards d'années, lors du Grand bombardement tardif, les impacts étaient incessants (c'était l'enfer sur Terre, une période que l'on appelle l'Hadéen). Ils ont joué un rôle majeur dans la formation et la composition de la croûte terrestre, resurfaçant la Planète et contribuant à la rendre habitable.