Il y a 56 millions d'années, le taux de gaz carbonique a augmenté causant un réchauffement climatique appelé le maximum thermique du Paléocène-Éocène qui n'est pas sans analogie avec celui que nous vivons actuellement. Une découverte imprévue suggère que ce changement de climat pourrait avoir été provoqué par la chute d'un petit corps céleste, pas assez gros cependant pour provoquer une crise biologique majeure.

au sommaire


    Cela vous intéressera aussi

    Les climatologuesclimatologues et les chercheurs en géosciences publient depuis quelque temps un certain nombre de travaux concernant une période de l'histoire de la TerreTerre appelée le maximum thermique du Paléocène-Éocènemaximum thermique du Paléocène-Éocène (Paleocene-Eocene Thermal Maximum, ou PETM en anglais). En fouillant les archives géologiques, on a en effet découvert qu'il y a environ 56 millions d'années, les températures mondiales auraient alors augmenté d'environ 6 °C en seulement 20.000 ans. Cette augmentation s'est accompagnée d'une hausse correspondante du niveau des mers, en même temps que les océans se réchauffaient. Le Groenland méritait bien son nom de pays verdoyant à cette époque qui voyait de plus, l'apparition des premières baleines, des premiers chevaux et des premiers primatesprimates.

    On cherche à mieux comprendre ce qui s'est passé lors du PETM car il ressemble au changement climatique que nous observons de nos jours, bien que celui-ci soit considérablement plus rapide et d'origine humaine. L'origine exacte du PETM est mal comprise, bien que l'on sache qu'elle fut la conséquence d'une augmentation de la présence de gaz à effet de serregaz à effet de serre dans l'atmosphèreatmosphère, en l'occurrence du gaz carbonique mais peut-être aussi du méthane.

    Si l'on en croit un séminaire du 27 septembre 2016 portant sur les travaux d'une équipe de chercheurs lors de la rencontre annuelle de la Société géologique d'Amérique (Geological Society of America) à New York, la PETM pourrait avoir été causée par la chute d'un astéroïdeastéroïde ou d'une comètecomète, 10 millions d'années après celle du corps céleste qui a fortement contribué à la disparition des dinosaures. Cependant, le mécanisme exact reliant cette chute à l'augmentation du gaz carboniquegaz carbonique dans l'atmosphère n'est pas encore clair.

    Des microtectiques avec leurs formes et leurs couleurs caractéristiques. © <em>The Australian National University</em>

    Des microtectiques avec leurs formes et leurs couleurs caractéristiques. © The Australian National University

    Des microtectites dans des couches du PETM mais dont l'âge reste inconnu

    Mais sur quoi se fondent les chercheurs pour avancer une telle hypothèse ? Tout simplement sur la présence de ce qui semble bien être des microtectites dans 8 échantillons de sédimentssédiments retrouvés dans les couches datant du début du PETM aux États-Unis, plus précisément dans celles que l'on trouve sur la côte du New Jersey. La découverte s'est faite par sérendipitésérendipité, alors que l'étudiante en master Megan Fung cherchait des microfossilesmicrofossiles de foraminifèresforaminifères dans ces échantillons. Ce sont des espècesespèces planctoniques, des organismes unicellulaires marins qui occupent les premières centaines de mètres des océans et des mers du globe, depuis les zones polaires jusqu'à l'équateuréquateur et dont les fossilesfossiles permettent de dater des couches sédimentaires.

    Fung a finalement trouvé ce qui semble bel et bien être des exemples micrométriques de ce que l'on appelle des tectites, des verresverres naturels ressemblant à du sablesable vitrifié dont la forme est soit celle d'une gouttegoutte, soit celle d'une larmelarme. Souvent d'aspect noirâtre lorsqu'elles sont de grandes tailles, elles sont plutôt de couleurscouleurs jaunâtres, tirant vers le brun ou le vert quand il s'agit de microtectite. Dans tous les cas, il s'agit le plus souvent de morceaux de la croûte terrestrecroûte terrestre en fusionfusion projetés par un impact de météoritique jusqu'à des milliers de kilomètres du lieu de formation de l'astroblèmeastroblème.

    Dans le cas des microtectites retrouvées, les chercheurs pensent qu'une origine volcanique est exclue car elles contiennent trop peu d'eau mais on y trouve aussi du quartzquartz qui a été en fusion, une caractéristique que l'on associe aux roches ayant subi un impact de météorite.

    Parmi les échantillons de sédiments, on trouve au-dessus de la région contenant des microtectites du charboncharbon de boisbois, ce qui est cohérent avec l'idée de l'existence de larges incendies juste après un impact.

    Toutefois, la prudence est de mise. Les couches sédimentaires étudiées par les chercheurs états-uniens sont plutôt bien connues et personne n'y avait trouvé jusqu'ici des microtectites et on n'en trouve d'ailleurs pas dans d'autres échantillons du New Jersey depuis réexaminés par d'autres chercheurs. Il n'y a pas, pour le moment, d'autres indices d'un impact avec des conséquences globales. De toute façon, ce pourrait n'avoir été qu'un corps céleste de quelques kilomètres de diamètre tout au plus, sans quoi les effets sur la biosphèrebiosphère auraient été considérables, ce qui n'est pas le cas.

    Pour progresser, il va falloir vraiment dater les microtectites car il pourrait s'agir d'une contaminationcontamination des sédiments par des tectitestectites plus anciennes. Affaire à suivre donc...