Des gravures rupestres datant de l'époque du Sahara vert au Tchad. © David Stanley, cc by sa 2.0, Wikipédia

Sciences

Étonnant : les traces de la première bouillie dans une poterie vieille de 10.000 ans

ActualitéClassé sous :archéologie , poterie ancienne , cuisine ancienne

La cuisson des aliments dans des poteries a représenté une révolution pour l'humanité. Elle semble avoir eu lieu à la charnière du mésolithique et du néolithique, selon des découvertes archéologiques en Libye.

Il y a entre -6.000 et -10.000 ans environ, le Sahara ne ressemblait pas au désert que nous connaissons aujourd'hui. Il fut même moment moitié moins étendu et flanqué d'une savane. Nous le savons notamment grâce aux peintures rupestres, venues confirmer ce que la géologie et la paléontologie indiquaient déjà. Il y avait alors un Sahara « vert » avec des rivières et des lacs poissonneux, et des Hommes habitaient là, entourés d'éléphants et d'hippopotames.

En fouillant les sites archéologiques de Takarkori et Uan Afuda datant de cette époque dans le désert libyen, un groupe d'archéologues a exhumé une centaine de fragments de poteries âgées d'environ 10.000 ans. En soi, cela n'a rien de très remarquable car nous connaissons des poteries plus anciennes qui attestent de la maîtrise de cette technique il y a au moins 16.000 ans dans l'est asiatique et au moins 12.000 ans en Afrique du Nord. Mais comme l'expliquent les chercheurs dans l'article publié dans Nature Plants, ce sont les résidus organiques découverts à la surface de ces poteries qui sont intéressants.

Le Tassili n'Ajjer est un massif montagneux situé au sud-est de l'Algérie. On y trouve de nombreuses peintures rupestres dont certaines datent d'environ 9 à 10.000 ans. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Anna Turnbull

Des poteries pour cuire de la bouillie il y a 10.000 ans

Ces résidus permettent en effet de repousser dans le passé la date à laquelle des humains ont commencé à cuisiner et cuire des plantes. Cette nouveauté fut loin d'être anecdotique. Faire chauffer des plats étend la gamme des sources de nourriture en permettant d'utiliser des aliments autrement immangeables. La cuisson sert aussi à préparer des réserves de légumes ou de viande pour pallier des périodes de pénurie.

Les études ont montré que les chasseurs-cueilleurs de l'époque se nourrissaient ainsi de graines, de plantes à feuilles et même de plantes aquatiques. Il semble également qu'ils savaient préparer des sortes de bouillies. Rappelons qu'il s'agit d'un plat à base de céréales écrasées grossièrement ou transformées en semoule ou en farine, préparé en les faisant bouillir, le plus souvent dans de l'eau ou, parfois, du lait. Les bouillies sont l'une des formes de consommation des céréales les plus anciennes, pré-datant la consommation du pain, apparue il y a environ 4.000 ans.

Quelques milliers d'années plus tard, les Hommes dans cette région du monde découvriront l'agriculture et la domestication. Les poteries serviront alors aussi à des préparations à base de lait, comme les yaourts.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Les Gaulois, ces fervents buveurs de vin  Les Gaulois sont traditionnellement consommateurs de bière et d’hydromel mais, avec l’invasion romaine, ce peuple celte est rapidement devenu amateur de vin. Importée d’Italie, puis produite sur place, cette boisson s’est rapidement imposée en Gaule. L’Inrap (Institut de recherches archéologiques préventives) et le pôle Archéologie du département du Rhône nous parlent de son histoire durant ce documentaire.