La pilule du lendemain se présente sous la forme d’un comprimé unique à avaler au plus vite après un rapport à risque. © dalaprod, Fotolia

Santé

Contraception d'urgence : quand et comment y recourir ?

Question/RéponseClassé sous :Sexualité , Contraception urgence , contraception
 

La contraception d'urgence est une solution de rattrapage en cas de rapport sexuel non protégé. Délivrée sans ordonnance par le pharmacien, la « pilule du lendemain » doit être prise au plus vite pour un maximum d'efficacité.

Vous avez oublié de prendre la pilule, vous avez eu un rapport imprévu et vous ne vous êtes pas protégée avec un préservatif ? Vous aviez utilisé un préservatif mais un « accident » a provoqué sa rupture ?  N'attendez pas et rendez-vous en pharmacie pour obtenir la « pilule du lendemain ». Cette contraception d'urgence est délivrée sans ordonnance. Tout accident de contraception peut justifier d'avoir recours à une pilule du lendemain (diarrhée ou vomissement lors de la prise de la pilule, patch décollé...).

Il existe un autre mode, moins fréquent, de contraception d’urgence : la pose d'un dispositif intra-utérin (DIU) ou stérilet, dans les cinq jours suivant le rapport à risque.

Mode d’emploi de la pilule du lendemain

La pilule du lendemain se présente sous la forme d'un comprimé unique contenant du lévonorgestrel (Norlevo) ou de l'acétate d'ulipristal (EllaOne). Elle repousse l'ovulation. Plus vous la prendrez tôt, de préférence dans les 24 heures, plus elle aura de chances d'être efficace. Elle peut être prise au plus tard dans les trois jours (pour le lévonorgestrel) ou les cinq jours (pour l'acétate d'ulipristal) suivant le rapport à risque. Quoi qu'il en soit, une contraception d'urgence n'est pas efficace à 100 % ; elle est moins efficace qu'une contraception hormonale traditionnelle.

Après avoir absorbé le comprimé, il est conseillé d'utiliser un préservatif jusqu'à l'arrivée des règles. La contraception d'urgence ne protège pas contre la transmission des IST.

Cela vous intéressera aussi

Contrefaçon : gare aux médicaments vendus sur Internet  La contrefaçon touche tous les secteurs, même celui des médicaments. Des copies imitent le nom et la forme des traitements existants mais ne contiennent pas de principe actif. Pire, certaines peuvent même être dangereuses. L’Institut de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRACM) nous en parle durant cette vidéo.