Santé

Détecteur de mensonge : fonctionnement et fiabilité

Question/RéponseClassé sous :Corps humain , détecteur de mensonge , mensonge
Le polygraphe est un instrument destiné à confondre un suspect. © JaeYong, BAE/Licence Creative Commons

Le détecteur de mensonge est aussi appelé « polygraphe ». D'après les inventeurs successifs du polygraphe, la réaction émotionnelle provoquée par le mensonge ne se traduit pas par un marqueur unique permettant de définir à coup sûr un menteur, mais elle ferait varier un ensemble de paramètres psychophysiologiques. C'est pourquoi la machine s'appuie sur de multiples mesures pour trahir les menteurs. 

Mesures réalisées par le détecteur de mensonge

Relié à des électrodes, le suspect est donc soumis à la mesure de la pression artérielle, du rythme cardiaque et respiratoire, de la conductivité de la peau (qui varie en fonction de la transpiration), du diamètre pupillaire, de la température corporelle... 

Au cours de l'interrogatoire, quelques questions générales (nom, adresse, date) sont posées pour obtenir des enregistrements de données « contrôles ». Ensuite, les véritables questions liées à l'enquête sont posées. Les mesures enregistrées sont comparées entre elles à la fin de l'interrogatoire et le suspect est accusé de mensonge si un changement significatif des paramètres psychophysiologiques est observé au cours de certaines questions. Mais est-ce vraiment fiable ?

Valeur juridique du détecteur de mensonge

La fiabilité n'a jamais pu être prouvée et la méthode est même décriée par de nombreux scientifiques. Un très bon menteur entraîné peut passer le test avec brio, de même qu'un honnête homme impressionnable peut y échouer. Pour ces raisons, le polygraphe n'a aucune valeur de preuve pour la justice française. Aux États-Unis par contre, les données enregistrées au cours d'interrogatoires de ce type peuvent être utilisées comme pièces de dossier au tribunal (sans toutefois avoir le statut de preuve). Ils sont même parfois utilisés pour sélectionner de nouveaux employés (la CIA ou le FBI y ont recours).

De nouvelles techniques tentent de trouver d'autres moyens pour détecter un mensonge (analyse de l'activité cérébrale, mesure des tremblements de voix...) mais pour l'heure aucun ne semble avoir fait ses preuves.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi