Les laminines sont des protéines constituantes de la lame basale. © ChrWeiss, Adobe Stock
Santé

Laminine : qu'est-ce que c'est ?

DéfinitionClassé sous :Biologie , laminine , glycoprotéine

Avec la fibronectine, la laminine est une glycoprotéine essentielle de la membrane basale des cellules. Elle possède une affinité de liaison très élevée avec le collagène de type IV et l'héparine, ce qui permet l'adhésion des cellules épithéliales avec la lame basale. Via des liaisons à des récepteurs cellulaires spécifiques, les laminines régulent également la réponse cellulaire comme la survie, la différenciation, la migration, l'organisation et la spécialisation cellulaire.

Structure de la laminine

Il existe une quinzaine de formes de laminines, codées chacune par un gène spécifique. Les laminines sont composées de l'assemblage en croix de trois chaînes polypeptidiques α (alpha), β (bêta) et γ (gamma), reliées entre elles par des ponts disulfures.

Les laminines sont des glycoprotéines en forme de croix, caractérisées chacune par leurs chaînes polypeptidiques α, β et γ. © Trends in Immunology 2017

Fonctions de la laminine

Les laminines à chaîne α font partie des premières protéines présentes dans le blastocyte et jouent un rôle essentiel dans le développement embryonnaire, notamment la gastrulation, la placentation (formation et structure du placenta) et la fermeture du tube neural. D'autres laminines ont des fonctions plus spécialisées dans le développement et la fonction d'organes spécifiques. On trouve ainsi des laminines dans les cellules entourant les fibres musculaires, les axones, dans la peau ou l'intestin, chaque laminine étant généralement associée à un type de tissu. Les isoformes de laminine peuvent ainsi être utilisées pour différencier les cellules spécialisées, telles que les hépatocytes, les cellules musculaires squelettiques et diverses cellules neuronales.

Une altération des laminines (protéines non fonctionnelles ou défaut de répartition) peut engendrer diverses pathologies, comme la maladie de Crohn, la maladie de Hirschsprung, la dystrophie musculaire, ou l'épidermolyse jonctionnelle bulleuse (bulles cutanées). Les laminines seraient également impliquées dans la prolifération et la dissémination des cellules cancéreuses.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !