En Asie, ce virus dont la mortalité atteint 75 % inquiète

Classé sous :Virus , asie , Chauve-souris

[EN VIDÉO] Pourquoi les chauves-souris transmettent-elles autant de virus ?  Qu’ont en commun le coronavirus du Covid-19, le Sras-Cov de 2003, le virus Ebola, celui de Marburg ou le virus Nipah ? Tous ont été à l’origine hébergés pas la chauve-souris, avant de muter et d’être transmis à l’homme. Mais comment ce petit mammifère a priori inoffensif résiste-il à ces terribles virus et comment se passe la chaîne de contamination ? 

Au cours des 20 dernières années, le virus Nipah a infecté plusieurs pays d'Asie. Jusqu'à présent, les cas ne se sont pas propagés hors du continent. Mais l'actuelle pandémie de coronavirus inquiète : si les leçons n'en sont pas tirées, notamment sur le financement nécessaire à la recherche, le virus Nipah risque-t-il aussi d'infecter le reste du monde ? Son taux de mortalité -- entre 45 et 75 % -- et sa période d'incubation -- jusqu'à 45 jours -- donneraient à cette possible transmission une toute autre ampleur.

Au vu de ses caractéristiques et de l'absence de traitement, le virus Nipah caracole dans le top 10 des maladies prioritaires de l'OMS en matière de « recherche et développement dans les contextes d'urgence ». La BBC rappelle les symptômes associés à une infection : toux, mal de gorge, vomissements, courbatures, fièvre, fatigue, encéphalite. Ce virus survient chez l'humain de deux façons, soit par contact direct avec un animal infecté, soit par l'ingestion d'aliments contaminés.

Au Cambodge, « 60 % des personnes que nous avons interrogées ne savaient pas que les chauves-souris transmettent la maladie », souligne Veasna Duong, chef de l'unité de virologie de l'Institut Pasteur de Phnom Penh, à la BBC. Ce manque de connaissances présente un risque. D'autant qu'à mesure que la population s'agrandit et que les zones naturelles sauvages sont réduites, les probabilités de propagation des maladies augmentent.

Les chauves-souris semblent être le principal facteur de transmission du virus Nipah chez l'humain. © Michal, Adobe Stock