Passer de longues heures au bureau accélère la chute prématurée des cheveux, selon une étude sud-coréenne. Les chercheurs ont examiné 13.391 hommes âgés de 20 à 59 ans et découvert que ceux passant plus de 52 heures au travail par semaine avaient deux fois plus de chances d'être chauves avant 30 ans que ceux ayant des horaires de travail « normaux » (40 heures par semaine). Et ce, quelles que soient leurs habitudes de vie par ailleurs et à côté (consommation de tabac, niveau de revenu, éducation...).

« Plus on travaille longtemps, plus l'alopéciealopécie augmente proportionnellement », indique Kyung-Hun Son, l'auteur principal de l’étude. Le stressstress est un facteur connu pour favoriser l'alopécie. Chez la souris, il a été montré qu'il inhibe la pousse de poils, et d'autres études suggèrent qu'il entraîne une inflammationinflammation des folliculesfollicules pileux, aboutissant à la mort des cellules et la chute du cheveu. Pour Kyung-Hun Son, « il est nécessaire de limiter les heures de travail, surtout entre 20 et 30 ans lorsque la perte de cheveux commence ». Un argument de plus pour les partisans des 35 heures.