Santé

Travailler pendant son temps libre nuit à la santé

ActualitéClassé sous :Travail , dormir le week-end , temps libre

Dans une étude englobant 57.000 employés européens, environ la moitié travaillaient chez eux en dehors des heures prévues dans leur contrat. Cet excès de zèle les soirs et week-ends pourrait favoriser des problèmes de santé : troubles cardiaques, angoisse, fatigue, insomnie, maux de tête...

Coups de fil et emails professionnels pendant le temps libre nuiraient à la santé. © Ed Yourdon, Flickr, CC by sa 2.0

Grâce à l'évolution des technologies de l’information, chacun peut rester joignable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Smartphones et tablettes permettent de consulter ses emails et documents de travail le week-end ou de recevoir des appels professionnels en dehors des heures de bureau. Ceci pourrait accentuer la pression sur les salariés pour qu'ils restent joignables même en dehors de leurs heures de travail, voire pour qu'ils fassent un peu de leur travail chez eux, le week-end... Le travail à la maison pourrait alors interférer avec les rythmes biologiques du sommeil ou la vie sociale.

Dans une recherche allemande parue dans Chronobiology International, deux chercheurs ont étudié l'effet de ce travail supplémentaire sur la santé. Pour cela, ils ont utilisé les données de deux vastes enquêtes européennes : les quatrième et cinquième European Working Conditions Survey (EWCS 2005 et EWCS 2010), portant sur 22.836 et 34.399 employés respectivement.

Environ la moitié des participants a déclaré travailler parfois ou souvent pendant leur temps libre. Ceux qui travaillent chez eux peuvent appartenir aux secteurs des services, de la finance, de l'enseignement ou de l'administration publique...

Smartphones, tablettes, ordinateurs professionnels favorisent le travail à distance. © Jeremy Keith, flickr, cc by sa 2.0

Des technologies qui permettent de rester connecté à son travail

Par rapport à ceux qui n'avaient jamais été contactés par leur employeur dans leur temps libre, dans les 12 mois précédant l'étude, le risque de signaler au moins un problème de santé augmentait chez les employés qui avaient été contactés, parfois (+ 26 %) ou souvent (+ 13 %). Le travail en dehors des heures prévues dans le contrat semblait avoir un effet sur la santé : le risque d'en déclarer augmentait de 14 % pour ceux qui travaillaient parfois durant leur temps libre et de 60 % pour ceux qui travaillaient souvent, relativement à ceux qui ne le faisaient jamais. Le fait de travailler tous les jours durant son temps libre doublait le risque de problèmes de santé liés au travail par rapport à ceux qui ne le font jamais en dehors des heures contractuelles.

Par conséquent, ceux qui travaillaient le soir et les week-ends se plaindraient plus souvent de troubles comme de l'insomnie, des maux de tête, de la fatigue, de l'anxiété et des problèmes digestifs. Ceci pousse les chercheurs à mettre en garde les employeurs sur ces pratiques : « Le temps libre devrait être du temps libre, sinon on peut s'attendre à ce qu'il ne remplisse pas ses fonctions de rétablissement et de récupération ». Pour Anna Arlinghaus, principal auteur de l'article, « nos résultats indiquent que même un peu de travail supplémentaire en dehors des heures de travail acceptées dans le contrat peut conduire à des problèmes de santé. La corrélation est très forte ». Elle suggère que « les employeurs devraient commencer à regarder comment ils peuvent minimiser le travail supplémentaire de leurs employés ». C'est parfois toute une culture d'entreprise qui doit changer pour stopper cette incursion de la vie professionnelle dans la vie privée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi