Santé

Virus Nipah et Hendra : les premiers pas vers un vaccin

ActualitéClassé sous :médecine , vaccin , nipah

Un vaccin efficace contre les virus Hendra et Nipah, chez le singe vert d'Afrique, est-il prêt à voir le jour ? L'espoir est permis d'éradiquer ces deux virus à la source de pathologies extrêmement graves pour lesquelles aucun traitement n'est encore disponible. Si les résultats s'avèrent concluants, les essais pourraient être transposés à l'Homme.

Les virus Hendra et Nipah ont pour réservoir naturel la chauve-souris. © iambents, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0

Katherine Bossart et ses collègues de la Boston University School of Medicine, se sont penchés sur le virus Hendra. Ils ont ainsi mis au point un vaccin dirigé contre la glycoprotéine G du virus. Administré au singe vert d'Afrique, le vaccin a entraîné la production de quantités élevées d'anticorps neutralisant le virus Hendra. Au cours de leurs recherches, les scientifiques ont également eu la surprise de constater que la dose la plus faible utilisée dans leur travail, conférait une immunité contre le second virus, Nipah.

Issus de la famille des Henipavirus, Nipah et Hendra ont pour réservoir naturel la chauve-souris. Assez proches l'un de l'autre, ils présentent cependant des différences.

Un chercheur en laboratoire tente de mettre au point un vaccin contre les virus Hendra et Nipah, membres du genre Henipavirus. © Dr Thomas Giesbert

Hendra et Nipah, deux virus mortels

Le virus Hendra, qui s'est manifesté en Australie, infecte le cheval avant d'être transmis par ce dernier à l'Homme. Il engendre des symptômes à base de fièvre et de céphalées - des maux de tête - avant d'induire une inflammation des méninges et du cerveau, qui peut conduire au décès.

Nipah, pour sa part, est directement transmissible à l'Homme. La contamination interhumaine est donc possible, d'où l'importance de mettre au point un vaccin. Présent de manière récurrente en Inde ou au Bangladesh, il provoque une encéphalite grave ou des atteintes respiratoires. Ces premiers résultats sont donc un encouragement à poursuivre les essais cliniques.

Cela vous intéressera aussi