On sait que la route est un endroit dangereux pour les piétons : 491 sont décédés en France en 2018, selon les statistiques de la Sécurité routière. Mais les voituresvoitures, cyclistes et trottinettes ne sont pas les seuls dangers qui les guettent : un trottoir brûlant est aussi susceptible de provoquer de graves brûlures, met en garde une nouvelle étude de l'université du Nevada publiée dans le journal Burn Care and Research. Les chercheurs ont recensé 173 cas en cinq ans de brûlures au deuxième degré infligées par le bitume surchauffé. Lors de fortes chaleurschaleurs, le goudron peut en effet atteindre des températures supérieures à 64 °C quand il est directement exposé au soleilsoleil, décrivent les auteurs. De quoi entraîner une brûlure grave « en quelques secondes ».

Les personnes les plus à risque sont les jeunes enfants, peu conscients du danger, ainsi que les personnes âgées ou handicapées, plus enclines aux chutes. Les dommages sont aggravés dans le cas des victimes d'accidentsaccidents de la route, qui restent allongées de façon prolongée sur le bitume brûlant et dont la peau a été arrachée par la frictionfriction. D'autres cas concernent des personnes victimes de crise cardiaquecrise cardiaque ou de crise d'épilepsiecrise d'épilepsie, ou encore des usagers de droguedrogue et d'alcoolalcool qui n'arrivent pas à se relever une fois tombés. Alors que les vagues de chaleur sont appelées à se multiplier, les auteurs espèrent que leur étude permettra de prendre conscience de ce danger.