L’eau des toilettes, révélatrice du statut social. © trainman111, Adobe Stock

Santé

Science décalée : l'eau des WC révèle le niveau de vie

ActualitéClassé sous :Santé , eaux usées , niveau de vie

C'est fou ce que l'on apprend en fouillant dans les égouts : les eaux usées issues des toilettes sont de véritables mouchards de votre mode de vie. Les chercheurs peuvent même en déduire votre niveau de revenu, mais aussi si vous êtes divorcé, manager ou peu diplômé.

Nous sommes déjà traqués par le fisc, par Google, par notre GPS, notre téléphone et notre carte bancaire. Mais un mouchard insoupçonné se cache dans notre salle de bain : les WC. L’eau usée, qui contient des biomarqueurs de tout ce que nous mangeons ou avalons, apporte en effet une mine d'informations quand ces données sont croisées avec le niveau de vie.

Pour une étude publiée dans la revue PNAS, des chercheurs de l'université du Queensland et de l'Institut de recherche norvégien de l'eau ont prélevé quotidiennement durant une semaine des échantillons d'eau usée provenant de 22 stations d’épuration australiennes représentant 21 % de la population, puis ils ont croisé les données avec celles d'un recensement concomitant. Les chercheurs ont ainsi pu comparer la composition de l'eau avec les données socio-économiques issues du recensement, comme l'âge, le niveau d'éducation et de revenu, le taux d'emploi ou la qualité du logement. Quelque 43 biomarqueurs ont ainsi été passés au crible et les chercheurs ont découvert des corrélations parfois étonnantes, mais aussi des constatations assez logiques.

Alimentation

Davantage de biomarqueurs de vitamine B se trouvent dans les urines des personnes aisées, ce qui atteste d'une alimentation plus diversifiée, notent les chercheurs. Les auteurs ont également constaté une forte corrélation entre la consommation de fibres et le niveau d'éducation, notamment chez les cadres, ce qui indique que ces derniers mangent davantage de fruits et légumes que les populations défavorisées. L'étude s'est aussi penchée sur les biomarqueurs signalant la consommation d'édulcorants comme le sucralose, l'acésulfame ou la saccharine, qui semblent unanimement appréciés quel que soit le niveau de vie.

Corrélation entre 43 biomarqueurs, le niveau de vie (indice IRSAD) et l’âge. En rouge : biomarqueurs alimentaires. En bleu : drogues et médicaments à usage récréatif. En noir : médicaments à usage médical. © Phil M. Choi et al, PNAS, 2019

Médicaments

La consommation d'opioïdes est à peu près équitablement répartie selon le niveau de vie et l'âge. Avec deux exceptions : la morphine, dont la consommation augmente significativement quand on vieillit (révélant une plus forte fréquence de maladies chroniques), et le tramadol, très courant chez les ouvriers (sans doute plus exposés aux douleurs au travail). L'analyse des biomarqueurs d'antidépresseurs est elle aussi très révélatrice. De manière générale, ces derniers sont davantage présents chez les populations défavorisées, mais chaque antidépresseur semble avoir sa cible privilégiée : le citalopram pour les personnes seules et divorcées, la venlafaxine chez les ouvriers, et l'amitriptyline chez les personnes ayant suivi des études supérieures. Autre curiosité : la forte consommation de cetirizine chez les cadres, un anti-allergique utilisé contre les rhinites allergiques et l'urticaire. Peut-être dus à la présence d'un chat ou aux arbustes du jardin ?

Alcool et café

Alors que les biomarqueurs du tabac sont répartis de façon équitable dans la population, ceux de l'alcool sont fortement corrélés à trois indicateurs : les personnes ayant un haut niveau de revenu, celles occupant un poste de manager et celles habitant un logement à loyer élevé. Autrement dit, les personnes aisées boivent plus, « la consommation d’alcool étant un marqueur de statut social », affirment les auteurs. De même, « la consommation de café semble fortement associée à un niveau d'éducation élevé et à une bonne aisance financière ». Une conclusion en contradiction avec le stéréotype qui veut que les personnes défavorisées se saoulent davantage.

  • Les eaux usées des toilettes contiennent des biomarqueurs révélateurs sur la qualité de l’alimentation, la consommation de médicaments et d’alcool.
  • En croisant ces informations avec des données socio-économiques, les chercheurs ont mis en évidence des corrélations étonnantes.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi