Lors d’un examen, les médecins ont découvert un 3e rein chez un Brésilien de 38 ans. Un cas extrêmement rare, rapporté moins de 100 fois dans la littérature scientifique, mais totalement bénin pour la santé.

Cela vous intéressera aussi

Lorsqu'un homme de 38 ans se présente pour d'intenses douleursdouleurs lombaires à l'hôpital de Rim, à São Paulo (Brésil), il est loin de se douter de ce qui l'attend. En pratiquant un scannerscanner du bas du dosdos, les médecins constatent d'abord qu'un disque vertébral est effectivement sorti de son emplacement, provoquant une hernie discale. Mais ils font aussi une découverte bien plus inattendue : au lieu d'avoir deux reins comme la plupart des gens, le patient en possède trois. Le reinrein gauche, à son emplacement normal, est accompagné de deux reins fusionnés au centre du pelvispelvis.

Un fonctionnement rénal parfaitement normal

Normalement, chaque rein est relié à la vessievessie par un canal étroit appelé uretèreuretère, par où est évacuée l'urine. Chez ce patient, l'un des reins pelviens est bien relié directement à la vessie, mais l'autre est connecté à l'uretère qui descend du rein gauche. Une bizarrerie anatomique qui ne semble pourtant pas affecter le fonctionnement normal des reins, notent les médecins dans leur rapport publié dans The New England Journal of Medicine. « Le taux de créatininecréatinine, de 0,9 mg par décilitre, se situe dans la fourchette normale de 0,6 à 1,0 mg par décilitre », indique le rapport.

Le rein normal à gauche et les deux reins fusionnés situés dans le pelvis. © Jose O. Medina-Pestana et al, <em>The New England Journal of Medicine</em>, 2020
Le rein normal à gauche et les deux reins fusionnés situés dans le pelvis. © Jose O. Medina-Pestana et al, The New England Journal of Medicine, 2020

Rein surnuméraire : une anomalie congénitale très rare

Si de nombreuses personnes vivent avec un seul rein à la suite d'une ablationablation pour raison médicale ou d'un don d’organe, avoir un troisième rein est un phénomène extrêmement rare : moins de 100 cas ont été rapportés dans la littérature scientifique, d'après une étude de 2013 parue dans The Internet Journal of Radiology et qui relatait un cas similaire. Comme cette condition n'entraîne la plupart du temps aucun symptômesymptôme, le rein surnuméraire est découvert fortuitement lors d'un examen de routine comme ici.

Le plus souvent, le rein supplémentaire résulte d'une anomalieanomalie au cours du processus d'embryogenèseembryogenèse. Dans le cas du patient brésilien, les médecins suggèrent que le rein gauche a dû se diviser prématurément du bourgeonbourgeon urétéral gauche. « En outre, les reins droit et inférieur gauche ont fusionné ensemble et ne sont pas montés normalement pendant le développement », indique le rapport.

Si le système fonctionne à peu près bien dans la majorité de cas, The InternetInternet Journal of Radiology rapporte le cas d'une patiente où l'uretère était déconnecté de la vessie et s'ouvrait dans le vaginvagin, aboutissant à une incontinence urinaire. D'autres anomalies associées comprennent l'atrésie vaginale et de l'uretère (orifice bouché), un anusanus non perforé, une coarctation de l'aorte ou encore un rein en forme de « ferfer à cheval ».

Le patient brésilien est, quant à lui, ressorti de l'hôpital avec un analgésiqueanalgésique oral pour traiter son hernie discalehernie discale. Une affection bien plus fâcheuse que son troisième rein...