Santé

Les particules de diesel s'attaquent au fonctionnement du foie

ActualitéClassé sous :médecine , diesel , foie

En permettant à l'organisme d'éliminer certains éléments toxiques, le foie joue un rôle essentiel dans le corps humain. Une étude vient de montrer que les particules fines de diesel perturbent sa fonction de détoxification en bloquant certains transporteurs hépatiques. Les conséquences pour la santé ne sont pas encore bien connues. Cela pourrait notamment renforcer les effets cancérogènes du diesel liés au stress oxydatif.

Les particules générées par les moteurs diesel gênent la fonction de détoxification du foie. © Luc, Flickr, CC by-nc 2.0

Gare au diesel ! Ses particules fines sont non seulement toxiques pour les poumons mais elles sont aussi capables de traverser la barrière pulmonaire et de s'attaquer à d'autres organes. Il avait en effet déjà été montré que ces particules modifient la fonction de certaines enzymes hépatiques. Une nouvelle étude montre cette fois qu'elles peuvent également altérer la fonction de détoxification du foie, c'est-à-dire sa capacité à trier et éliminer les déchets toxiques pour l'organisme.

Les chercheurs à l'origine de cette découverte (unité Inserm 1085, institut de recherche en Santé, environnement et travail, à Rennes) ont travaillé in vitro, sur des cellules de foie (hépatocytes) en culture. Ils les ont exposées à un extrait de particules issues de la combustion d'un moteur diesel (DEP, Diesel exhaust particles) à des doses équivalentes à celles inhalées par un individu vivant dans un milieu pollué. Les chercheurs ont ensuite mesuré le niveau d'expression et l'activité de plusieurs transporteurs présents à la surface des cellules. Leurs résultats paraissent dans la revue Plos One.

Ces transporteurs hépatiques assurent le passage de molécules circulant dans le sang vers l'intérieur du foie. La bile conduit ensuite à l'élimination de ces substances. L'ensemble du système permet à l'organisme de se débarrasser des déchets naturels produits par les cellules, de médicaments ou de drogues. Or, les auteurs ont constaté que les DEP réduisent l'expression de gènes codant pour ces transporteurs et bloquent l'activité de plusieurs d'entre eux. Le phénomène s'observe lorsque les cellules sont exposées à de faibles doses de particules.

Le foie permet d’éliminer les toxiques et les médicaments. © epSos.de, Flickr, CC by 2.0

Les transporteurs MRP2 et OATP inhibés

Les chercheurs ont notamment constaté une forte inhibition des transporteurs MRP2 et OATP impliqués dans l'élimination hépatique de nombreux toxiques et médicaments, mais aussi dans celle d'hormones stéroïdes sexuelles et d'hormones thyroïdiennes. Le blocage de l'activité des transporteurs de type MRP pourrait également perturber les circuits de régulation du glutathion, une molécule antioxydante endogène importante.

À ce stade, même s'il s'agit de travaux menés in vitro, le spectre des conséquences cliniques envisagées par les auteurs est large : perturbations endocriniennes, perturbation de l'élimination de médicaments et de métabolites endogènes ou encore excès de stress oxydatif lié à une mauvaise élimination des radicaux libres, pouvant contribuer au développement de maladies chroniques. « Cela aurait notamment pour effet de renforcer les effets cancérogènes du diesel favorisés par le stress oxydatif », rappelle Olivier Fardel, coauteur de ces travaux à l'institut de recherche sur la santé, l'environnement et le travail.

Des hypothèses qui poussent à poursuivre ces travaux : les auteurs souhaitent par exemple regarder du côté des transporteurs présents au niveau des cellules pulmonaires (dont certains sont semblables à ceux retrouvés sur les hépatocytes), en s'intéressant notamment aux transporteurs associés à la cancérogénèse. Ils comptent aussi identifier précisément les molécules chimiques impliquées dans l'inhibition des transporteurs au sein du cocktail de particules utilisé dans le cadre de leurs travaux. Ils veulent enfin étendre leurs études aux interactions potentielles des transporteurs membranaires avec d'autres polluants chimiques.

Cela vous intéressera aussi

Interview : les dangers des microparticules, par Paul Hofman  La pollution de l’air par les microparticules est un problème qui touche une bonne partie de la France. Futura-Sciences a interrogé Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques engendrés par les microparticules.