Une pilule dotée d’un capteur préviendra un patient qu'il a oublié de prendre ses médicaments... via son téléphone. La technologie se focalisera, au moins dans un premier temps, sur les maladies chroniques. Le laboratoire qui la commercialisera espère la mettre sur le marché dès septembre prochain.
Cela vous intéressera aussi

Il y a des pilules plus difficiles que d'autres à avaler. D'après l'OMSOMS, la moitié des patients ne respectent pas les prescriptions médicales et ne consomment pas les médicaments de façon appropriée. Les raisons en sont multiples : mauvaise automédication, matraquage publicitaire des compagnies pharmaceutiques, accès libre à certains antibiotiquesantibiotiques...

Dans le cas des maladies chroniques, le patient est parfois confronté à un autre problème : l'erreur quand les médicaments se multiplient dans le pilulier. S'il faut prendre 5 comprimés le matin, 3 le midi et 4 le soir, un oubli est très vite arrivé...

Mais à l'avenir, ces soucissoucis pourraient bien être résolus par les nouvelles technologies. La compagnie américaine Proteus Biomedical a annoncé dans la presse avoir trouvé un accord avec un laboratoire pharmaceutique, Lloydspharmacy, pour commercialiser une pilule capable de rappeler au patient qu'il a oublié de prendre son traitement, en fournissant les informations à son téléphone. La mise sur le marché est espérée pour septembre prochain.

Hélios, de l’estomac au téléphone portable

Baptisée Hélios, cette technologie se compose d'un comprimé équipé d'un capteurcapteur pas plus gros qu'un grain de sablesable, d'un pansement muni d'un détecteur que l'on colle sur l'abdomenabdomen et d'une application pour téléphone. La liste et la posologie de chaque médicament spécifique au patient est alors intégrée dans le capteur.

Les maladies chroniques touchent énormément de monde à travers des pathologies variées : Alzheimer, mucoviscidose, diabètes, épilepsie... Pour en soigner les symptômes, certains patients doivent utiliser une combinaison de nombreux médicaments. Un pense-bête comme la pilule intelligente Hélios pourrait être un très bon outil. © Ragesoss, Flickr, cc by sa 2.0

Les maladies chroniques touchent énormément de monde à travers des pathologies variées : Alzheimer, mucoviscidose, diabètes, épilepsie... Pour en soigner les symptômes, certains patients doivent utiliser une combinaison de nombreux médicaments. Un pense-bête comme la pilule intelligente Hélios pourrait être un très bon outil. © Ragesoss, Flickr, cc by sa 2.0

Une fois la pilule avalée, les acides gastriquesgastriques l'activent. Le cuivre et le magnésiummagnésium insérés dans le capteur engendrent un petit courant électrique, dépendant des médicaments avalés au même moment. Ce courant transite par les tissus du corps et non par ondes, avant d'être réceptionné par le pansement collé à l'abdomen.

Ce détecteur est doté d'une autre fonction. Grâce à l'activité électrique du corps, il peut déterminer le rythme cardiaque. Les mouvementsmouvements de la poitrine lui suffisent pour estimer le rythme respiratoire. Enfin l'accéléromètreaccéléromètre dont il dispose évalue les mouvements corporels.

Un suivi médical réglé au millimètre

Toutes les informations sont alors envoyées sur un serveurserveur accessible au personnel soignant, et visibles sur le téléphone mobile du patient. Ainsi, le suivi médicalisé est bien plus précis, et malades et médecins sont renseignés instantanément sur la régularité du traitement.

Pour l'heure au moins, il ne s'agit pas d'un capteur unique ingéré une seule fois fournissant les informations tout au long de l'existence. À chaque fois que des médicaments sont pris, il faut au même moment avaler la pilule contenant le capteur adapté. Autrement dit, cela implique pour le patient de prendre à chaque fois une pilule supplémentaire pour s'assurer qu'il n'en a pas oublié une dans sa liste.

En route vers les médicaments du futur

« Nous avons testé ce système sur des centaines de patients dans de nombreux domaines thérapeutiques, comme la tuberculosetuberculose, la maladie mentale, les troubles cardiaques, l'hypertensionhypertension ou encore le diabète » commente Andrew Thompson, directeur général de ProteusProteus, pour rassurer sur son efficacité.

Les nanotechnologiesnanotechnologies sont de plus en plus utilisées pour constater les problèmes in situ (caméras, instruments de mesure...). La miniaturisation des composants et la démocratisation des smartphones ouvrent la voie à de nouvelles avancées médicales, qui permettront peut-être un jour de contrôler tous les paramètres physiologiques pour détecter les maladies avant même qu'elles ne se déclarent. Un peu comme l'électronique d'une voiture qui signale la moindre panne...