Santé

L'épidémie de chikungunya bien installée aux Antilles

ActualitéClassé sous :médecine , Chik , Chikungunya

Apparue en décembre 2013 aux Antilles, l'épidémie de chikungunya s'étend désormais sur plusieurs îles et en Guyane, avec des cas en Métropole.

Le moustique-tigre Aedes albopictus. Agressif, il est connu pour porter deux arbovirus (virus transmis par des arthropodes, comme les insectes), entraînant la dengue et le chikungunya. © James Gathany, CDC, D

Selon le Bulletin épidémiologique de l'Institut de veille sanitaire (InVS), l'épidémie de chikungunya continue de sévir aux Antilles mais différemment selon les îles. À Saint-Martin (où les premiers cas ont été signalés en décembre dernier) et à Saint-Barthélémy (où le « chik » avait régressé entre mars et mi-mai avant de repartir à la hausse), elle est « stable depuis deux semaines ». Selon les définitions du PSage (Programme de surveillance d'alerte et de gestion des épidémies), ces deux îles sont en phase 2 de l'épidémie : « Transmission autochtone modérée ».

En revanche, la maladie poursuit sa progression en Martinique ainsi qu'en Guadeloupe et les petites îles proches, actuellement en phase 3, c'est-à-dire en « situation épidémique ». L'InVS note cependant une tendance à la stabilisation en Guadeloupe. La Guyane est touchée elle aussi et l'épidémie progresse actuellement.

Le chikungunya est une maladie le plus souvent bénigne mais qui occasionne une très grande fatigue et de fortes douleurs, en particulier au niveau des articulations, d'où une posture courbée qui a donné son nom à cette pathologie. Le meilleur moyen de se protéger est d'éviter le risque de contact avec le moustique vecteur et d'éliminer ce dont la femelle a besoin pour pondre : de l'eau stagnante. © Idé Graphics

Le chik vient du moustique

En Métropole, où 137 cas ont été recensés, il n'y a pas d'épidémie mais 18 départements du sud sont sous surveillance : Alpes de Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardèche, Aude, Bouches-du-Rhône, Corse-du-Sud, Drôme, Gard, Gironde, Haute-Corse, Haute-Garonne, Hérault, Isère, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Orientales, Rhône, Var et Vaucluse.

Rappelons que le chikungunya, qui n'est pas mortel (ou du moins une fois sur mille en moyenne), se manifeste par de fortes douleurs dans les articulations et des maux de tête, des symptômes très invalidants. Le chik est dû à un virus mais n'est pas contagieux car l'agent pathogène ne se transmet pas d'Homme à Homme. Il est transmis par les moustiques-tigres, plus précisément deux espèces du genre AedesA. aegypti et surtout A. albopictus, qui sont aussi des vecteurs de la dengue, de la fièvre jaune et peut-être du virus Zika.

C'est vers ces moustiques que se focalise la prévention. Dans les régions concernées, il faut faire la chasse aux eaux stagnantes, même les plus modestes, comme des pots de fleurs ou des vieux pneus. Il en faut très peu pour qu'une femelle viennent y pondre ses œufs, libérant ensuite une nuées d'insectes porteurs du virus.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi