Santé

Bronzage artificiel : une réponse aux marchands de soleil

ActualitéClassé sous :médecine , appareils de bronzage , cancérigène

Réagissant à la décision de placer les appareils de bronzage dans la liste des cancérigènes dangereux, les industriels du secteur, regroupés en une association, ont fait valoir leurs arguments, comme la synthèse de la vitamine D dans la peau exposée à la lumière. Une autre association, proche de l'OMS, rappelle, elle, que les UV sont dangereux et le bénéfice très faible.

Le prétexte de l'apport en vitamine D est un argument bien faible. © Dragan Trifunovic/Fotolia

« Le bronzage artificiel est dangereux, et ses possibles effets positifs ne sont pas suffisants pour changer d'avis sur cette question » affirme Pierre Césarini, président de l'association Sécurité Solaire. Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette association milite depuis des années pour une utilisation saine du rayonnement solaire. Pas toujours facile...

Pierre Césarini réagit ainsi aux allégations de l'European Sunlight Association (ESA) sur l'intérêt des rayons UV pour éviter une carence en vitamine D. L'exposition au soleil induit en effet la synthèse de cette vitamine. L'ESA prétend du coup que « la clé du succès réside dans l'exposition modérée aux rayons ultraviolets : on doit trouver un équilibre entre l'apport requis en vitamine D et la prise excessive de bains de soleil provoquant des brûlures ». En fait de brûlures, il faudrait plutôt parler de cancers...

Mangez des sardines

Quid de ce fameux apport en vitamine D ? Le professeur Jean-François Doré, directeur de recherche à l'Inserm et coauteur d'un rapport du Centre international de Recherche contre le Cancer (CIRC) sur les UV artificiels et le cancer, s'inscrit en faux contre les affirmations de l'ESA. « Il suffit d'exposer son visage et ses mains quelques minutes par jour au soleil pour permettre une synthèse suffisante de cette vitamine, rappelle-t-il. Et si le manque d'ensoleillement est patent, un défaut en vitamine D peut être en partie compensé par des apports alimentaires ou par de la supplémentation. » On en trouvera ainsi de grandes quantités dans les poissons gras (saumon, maquereaux, sardines...) et dans l'huile de foie de morue.

Rappelons que les appareils de bronzage ont été classés sur la liste des cancérigènes les plus dangereux (groupe I), comme le tabac, en juillet 2009. Comme le résume Pierre Césarini « le petit bénéfice de la vitamine D, s'il existe, est quasiment nul par rapport au risque de cancer ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi