Santé

En bref : le VIH endormi par un vaccin ?

ActualitéClassé sous :médecine , SIDA , VIH

-

En début d'année 2013, un vaccin thérapeutique contre le VIH a permis de parvenir à la guérison fonctionnelle de plusieurs patients séropositifs pendant plusieurs mois. Les chercheurs veulent maintenant tester une version améliorée de ce vaccin et espèrent contrôler le virus plus longtemps.

Grâce aux antirétroviraux, il est désormais possible d’enrayer la multiplication du virus du Sida. Cela ne l’empêche pas pour autant de se camoufler dans certaines cellules, prêt à surgir dès l’arrêt du traitement. La vaccination thérapeutique pourrait parvenir au même résultat et les patients n’auraient plus besoin de prendre de médicaments © Kanijoman, Flickr, cc by 2.0

Malgré les progrès de la recherche, le virus du Sida résiste toujours aux nombreuses stratégies de vaccination mises en place pour l'évincer. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer mais le VIH est passé maître dans l'art de la métamorphose. En d'autres termes, il est très difficile de stimuler les défenses de l'organisme contre une molécule précise de ce virus, étant donné qu'elle risque de se transformer à tout moment et de rendre caduque la tentative de vaccination.

Le Sida se déclare très lentement, environ une dizaine d'années après l'infection par le VIH. Les chercheurs essayent donc de développer un vaccin thérapeutique, en stimulant l'immunité chez des patients déjà contaminés par le virus. Une telle approche a connu un certain succès en Janvier 2013 grâce à une équipe espagnole de l'université de Barcelone participant au projet Ihivarna. Lors d'un essai clinique, des patients séropositifs ayant reçu le traitement ont vu leur virémie baisser de 90 % pendant presque un an, sans prendre de médicaments antiviraux. Cette méthode de vaccination n'élimine pas complétement les particules virales mais permet aux personnes séropositives de contrôler l'infection sans prendre leur traitement. « Nous voulons parvenir à une guérison fonctionnelle du VIH », explique Joseph Maria Gatell, le directeur de l'étude.

Les scientifiques ont fabriqué une version améliorée de ce vaccin, baptisée HIV-TriMix-ARNm, qui comme son nom l'indique est constituée de protéines du VIH, de molécules d'ARN messager et du TriMix, un composé qui active les cellules dendritiques afin d'améliorer la présentation des antigènes du VIH aux cellules immunitaires. Pour l'heure, des tests ont été réalisés chez les animaux. Les chercheurs veulent désormais évaluer la toxicité de ce vaccin sur l'Homme et débuter les essais cliniques d'ici l'année 2015.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi