La grippe aviaire peut toucher des oiseaux domestiques et des oiseaux sauvages. © Jibi44, Wikimedia Commons

Santé

De nouveaux cas de grippe aviaire dans le Sud-Ouest

ActualitéClassé sous :maladie , grippe aviaire , oiseau domestique

Douze nouveaux foyers de grippe aviaire ont été détectés dans quatre départements du Sud-Ouest de la France. Une situation préoccupante pour la santé animale, qui nécessite des mesures de précaution : abattage des animaux, installation de zones de surveillance.

La grippe aviaire, ou influenza aviaire, est une maladie animale infectieuse, virale, très contagieuse et mortelle, qui touche des oiseaux domestiques ou sauvages. Les oiseaux migrateurs peuvent contribuer à diffuser ces virus qui atteignent les animaux d'élevage. Parfois, les virus peuvent se transmettre à d'autres espèces animales (comme le porc), voire à l'Homme, dans des cas très rares.

Selon un communiqué du ministère de l’agriculture en date du 10 décembre 2015, douze foyers d'influenza aviaire ont été détectés en France, dans quatre départements différents du Sud-Ouest : sept en Dordogne, trois dans les Landes, un en Haute-Vienne et un dans le Gers. Les élevages de volailles touchés concernent des poules, des poulets, des chapons, des canards, des oies, des pintades.

Les souches virales correspondent à un influenza aviaire hautement pathogène, mais elles ne sont pas toutes identiques, puisque des virus H5N1, H5N2 et H5N9 ont été identifiés. D'après l'Anses, il ne s'agit que de souches européennes et non de souches asiatiques. Les virus hautement pathogènes entraînent des taux de mortalité particulièrement élevés chez les volailles.

La consommation de foie gras ne présente pas de risque. Pourtant, des pays ont fermé leurs frontières aux produits français. © wEnDy, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Le virus de l’influenza aviaire se transmet rarement à l’Homme

Pour lutter contre l'influenza aviaire, plusieurs mesures de protection sont prises. Lorsqu'il ne s'agit que de soupçons, l'élevage est placé sous surveillance. Mais si la présence du virus est confirmée, il faut abattre toutes les volailles, désinfecter l'exploitation et installer une zone de protection dans un rayon de 3 km alentour. Une zone de surveillance est créée à 10 km autour de l'exploitation.

Ces nouveaux cas de grippe aviaire auront des conséquences économiques car différents pays, comme le Japon, ont décidé de fermer leurs frontières aux produits avicoles français. Or le Japon est un client majeur du foie gras français. De surcroît, le ministère précise que le virus ne peut pas se transmettre à l'Homme en consommant des volailles, des œufs ou du foie gras.

Si la plupart des virus aviaires n'infectent pas notre espèce, certaines souches H5N1 et H7N9 ont causé des infections humaines, comme le rappelle l'OMS sur son site Internet. Les cas d'infections humaines avec des virus H5N1 et H7N9 étaient liés à des contacts avec des oiseaux contaminés. Le sous-type H5N1 avait provoqué une vaste épidémie animale (épizootie) au niveau mondial en 2003 et 2004. Des cas d'infections humaines avec le virus H7N9 ont été relevés en Asie en 2013.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 1/5 : comment se définit une pandémie ?  Avec le développement considérable du transport aérien, on pourrait penser que le risque de contamination planétaire par une maladie est élevé. Nous avons rencontré Jean-François Saluzzo, virologiste auprès de l’OMS, qui nous explique le phénomène de la pandémie.