Un pansement intelligent permet de détecter et d'identifier une infection bactérienne super résistante. © Copteranansak, Fotolia

Santé

Ce pansement intelligent détecte les infections et leur intensité

ActualitéClassé sous :infection , bactéries , antibiorésistance

Les superbactéries donnent toujours plus de fil à retordre aux chercheurs et aux médecins qui y sont confrontés. Un des enjeux de la lutte est la détection rapide et fiable de l'infection. Pour ce faire, des chercheurs chinois ont élaboré un prototype de pansement qui détecte une infection en seulement quatre heures. 

Celles qu'on appelle les superbactéries n'ont rien d'héroïque, au contraire ! En 2015, ces souches résistantes aux dernières générations d'antibiotiques ont provoqué la mort de 33.000 personnes rien qu'en Europe. Lors d'une infection bactérienne, les médecins se lancent dans un contre-la-montre où ils doivent identifier la souche et ses résistances le plus vite possible car une infection bactérienne peut être fulgurante.

Des chercheurs de l'université des Sciences et Techniques de Chine ont mis au point un pansement de cellulose capable de détecter et de mesurer l'intensité et de traiter une plaie infectée en quatre heures seulement. Cette preuve de concept est décrite dans la revue ACS Central Science.

La ligne du haut (Con. mL-1) renseigne sur la concentration bactérienne. Au milieu, DS E. coli montre la réaction du pansement pour une bactérie sensible aux antibiotiques. En bas, DR E. coli montre la réaction du pansement pour une bactérie résistante aux antibiotiques. © Sun et al. ACS Central Science, 2020

Un pansement intelligent qui change de couleur

Il n'y a aucun dispositif électronique dans ce pansement. Son « intelligence » repose sur un principe bien connu des biologistes, la variation de couleur d'un indicateur coloré, ici le bleu de bromothymol. Cet indicateur coloré a la particularité d'être bleu à pH basique et de devenir vert-jaune à pH acide. Or, une activité bactérienne est synonyme d'acidité ! En effet, les produits du métabolisme des bactéries hétérotrophes sont acides et trahissent donc leur présence.

Le pansement de cellulose appliqué sur une plaie infectée va progressivement virer au jaune en accord avec la concentration bactérienne. La limite de détection du dispositif est de 10.000 bactéries/mL.

Un principe similaire, faisant intervenir un chromophore, s'applique à la détection d'une résistance aux antibiotiques. Une enzyme, la béta-lactamase, est souvent active chez les superbactéries de la famille des entérobactéries, comme E. coli. Lorsque cette enzyme est active, la nitrocéfine est dégradée et devient rouge.

En résumé, si une plaie est infectée par une bactérie qui ne possède pas de résistance particulière, le pansement deviendra jaune. À l'inverse, une plaie infectée par une bactérie résistante aux antibiotiques, le pansement deviendra rouge. En moyenne, il faut entre deux et quatre heures pour que les résultats apparaissent.

Pour le moment, le prototype n'a été testé que chez les souris pour des infections à E. coli. Mais ce dispositif économique et rapide pourrait bien s'avérer utile dans la guerre contre les superbactéries.

Cela vous intéressera aussi

La résistance des bactéries aux antibiotiques, une menace grandissante  Les antibiotiques possèdent la propriété de tuer ou de limiter la propagation des bactéries. Or, certaines ne réagissent plus aux traitements. Dans cet épisode, Patrice Courvalin explique les trois grands mécanismes du processus de résistance. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !