Dans son numéro de mars 2018, la revue de l'UFC-Que Choisir dresse la liste des médicaments à éviter pour les enfants. Pour la toux, le rhume, les régurgitations et le reflux, « trop de médicaments pour enfants sont inutiles ou dangereux », d’après l'association de consommateurs.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Contrefaçon : gare aux médicaments vendus sur Internet La contrefaçon touche tous les secteurs, même celui des médicaments. Des copies imitent le nom et la forme des traitements existants mais ne contiennent pas de principe actif. Pire, certaines peuvent même être dangereuses. L’Institut de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRACM) nous en parle durant cette vidéo.

Dans l'arsenal de bon sens, on trouve des produits courants : le paracétamolparacétamol (type Doliprane en sirop) en cas de fièvrefièvre, à dose adaptée à l'âge de l'enfant, les dosettes de sérumsérum physiologique pour le neznez en cas de rhume et des solutions de réhydratation en cas de diarrhéediarrhée du nourrisson.

Le mensuel livre une liste des médicaments utiles ou à éviter, assortie de conseils sur la conduite à tenir détaillant les situations qui doivent amener à consulter, comme par exemple une toux avant trois mois surtout avec fièvre et difficultés à respirer ou manger. « En général, la toux, la fièvre, le rhume, etc. ne sont pas graves, et la plupart des médicaments en vente pour ces situations sont inutiles ou plus dangereux qu'utiles », dit à l'AFP le docteur Bruno Toussaint, directeur éditorial de la revue indépendante Prescrire à propos de ce « dossier bien utile ».

En général, la toux, la fièvre ou le rhume ne sont pas graves, et la plupart des médicaments en vente pour ces situations sont inutiles.

« Il vaut mieux prendre quelques minutes pour en parler clairement avec le médecin et le pharmacien, pour savoir comment surveiller avec patience l'évolution des symptômessymptômes et savoir quoi faire sans médicament, au lieu de donner aux enfants l'habitude (nocive) de "médicamenter" la vie quotidienne », ajoute-t-il.

Les fluidifiants bronchiques (acétylcystéine, carbocystéine) type Mucomyst poudre, Fluimucil 2 % enfant ou Bronchokod enfant, en vente libre, sont à éviter chez les moins deux ans car ils peuvent aggraver l'encombrement des bronchesbronches des nourrissons qui n'ont pas les capacités de bien tousser, souligne le mensuel. Leur « efficacité n'étant pas prouvée, ils sont en fait à éviter chez tous les enfants », ajoute-t-il.

Du sérum physiologique pour nettoyer un nez enrhumé : simple, utile et pas cher. © oceane2508, Fotolia

Du sérum physiologique pour nettoyer un nez enrhumé : simple, utile et pas cher. © oceane2508, Fotolia

Des médicaments contre le rhume ou le reflux figurent dans la liste noire

Également à éviter, en cas de rhume, les sprays antiseptiquesantiseptiques qui « ne font pas mieux que les solutions à base d'eau salée mais peuvent provoquer irritations et allergiesallergies ». Et « gardés trop longtemps, ils véhiculent des germesgermes ».

Les sprays décongestionnants - « jamais avant 15 ans » -, ces solutions nasales sur ordonnance, « ne devraient normalement plus être prescrites, surtout chez les petits ». En revanche, dosettes de sérum physiologique et sprays (Prorhinel spray, Marimer...) sont utiles, en prenant des précautions avec ces derniers quand ils ont un gros embout.

Voir aussi

Des médicaments antirhume potentiellement dangereux pour la santé

Quant aux sirops contre la toux contenant de la codéine auxquels les enfants sont très sensibles, ils font partie des produits à éviter. La toux, un réflexe naturel, est provoquée le plus souvent chez l'enfant par l'écoulement dans la gorge des sécrétionssécrétions nasales causées par un rhume. Mais une toux aiguë peut avoir d'autres causes (asthmeasthme, allergies respiratoires, laryngite, bronchitebronchite...). Mieux vaut traiter la cause plutôt que de s'acharner à faire disparaître la toux, note le magazine.

Enfin, environ 30 % des nourrissons de moins d'un an régurgitent, sans qu'il s'agisse systématiquement d'un refluxreflux gastro-œsophagien (RGO) pathologiquepathologique. Pourtant, le reflux du nourrisson, la plupart du temps bénin, fait encore l'objet d'une surprescription, remarque le mensuel.