Le manque de sommeil faciliterait le stockage des graisses au sein de nos cellules. © antonioguillem, Fotolia

Santé

Le manque de sommeil entraînerait rapidement une prise de poids

ActualitéClassé sous :déficit de sommeil , prise de poids , absorption des graisses

-

Une saine hygiène de vie est généralement indispensable pour conserver la ligne et être en bonne santé. Si, à ce sujet, il est bien évidemment question d'alimentation et d'activité physique, on oublie souvent le sommeil. Pourtant, ce dernier est primordial comme le montre une nouvelle étude américaine. 

Le manque de sommeil chronique a des répercussions immédiates sur notre état de fatigue, nos niveaux de stress, notre humeur, etc. Mais il accroît aussi par exemple le risque de complications cardio-métaboliques telles qu'une baisse de sensibilité des cellules, notamment les adipocytes, à l'insuline. Les sécrétions sont donc de plus en plus importantes de même que le stockage des graisses. Une récente expérience met en évidence qu'en seulement quatre jours, une privation de sommeil de trois heures par nuit (si on postule que huit heures de sommeil sont la norme idéale) perturbe considérablement le métabolisme des lipides

Le manque de sommeil altère le métabolisme des graisses

Le sommeil est le moment de la journée où notre organisme se régénère. Il est donc très important d'avoir un sommeil de qualité et en quantité adéquates si l'on veut rester en bonne santé et éviter de prendre du poids. En effet, dans leur étude, les chercheurs ont laissé leurs sujets dormir 5 heures par nuit pendant 4 jours en faisant précéder la nuit d'un repas riche en graisse. Dans ce laps de temps, la lipémie (le taux de graisses dans le sang) postprandiale, c'est-à-dire après le repas, avait une clairance beaucoup plus rapide que dans des bonnes conditions de sommeil habituelles -- la clairance étant le temps mis pour revenir à un taux standard. Cela peut suggérer que certaines hormones, dont l'insuline, sont perturbées et que les graisses sont plus facilement stockées. Le manque de sommeil chronique a aussi affecté l'état général et le sentiment de satiété des participants. Néanmoins, l'absence de groupe témoin est vraiment regrettable et on peut également s'interroger sur le caractère éthique de l'expérience. En général, les études se doivent de tenter d'apporter un bénéfice aux patients, ce qui n'est clairement pas le cas ici. 

Cinq heures de sommeil pendant quatre jours augmente la clairance des lipides dans le sang et donc potentiellement leur stockage dans les adipocytes.© Sebastian Kaulitzki, Fotolia

Quelques conseils pratiques pour bien dormir 

Afin de bien dormir, voici quelques conseils pratiques :

  • pratiquer une activité physique dans la journée, à une heure un peu éloignée de celle du coucher ;
  • manger un repas équilibré à distance d'au moins 3 heures de l'heure du coucher ;
  • éviter les boissons à base de thé et de café six heures avant l'heure du coucher ;
  • éteindre les écrans une bonne heure avant d'aller dormir pourront vous aider à conserver ou à retrouver un sommeil de qualité et à éviter ces dérèglements métaboliques préjudiciables à votre santé.
  • Le sommeil est un moment primordial de la journée et se doit d'être adéquat en quantité et en qualité pour préserver une bonne santé.
  • En altérant le fonctionnement hormonal de l'organisme, le manque de sommeil chronique stockerait plus facilement les graisses. 
  • Pour bien dormir, pratiquer une activité physique, manger équilibré, éviter les boissons à base de thé et de café dans l'après-midi et fuir les écrans tard le soir sont autant de mesures que l'on peut mettre en place. 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L'étonnant sommeil des autruches  Les autruches ont leur façon bien à elle de dormir. On n'observe pas l'alternance classique de longues phases bien marquées. Des périodes courtes d’éveil (wake), de sommeil profond (SWS) et paradoxal (REM) s’enchaînent. © Lesku et al., Plos One